17 Février 2018

Congo-Brazzaville: SNE-SNDE - Les syndicats s'opposent à la dissolution

Face au Sénat le 16 février, à Brazzaville, les collectifs des syndicats des deux entreprises se sont pliés à la volonté du gouvernement d'apporter des réformes, mais sans pour autant les dissoudre.

Les collectifs des syndicats de la Société nationale d'électricté (SNE) et de la Société nationale de distribution d'eau (SNDE) ont eu une sénace de travail avec le président du Sénat, Pierre Ngolo. A l'issue de celle-ci, le président du collège syndical de la SNE, Christian Diogo, a déclaré:« Face à certaines contraintes, nous avons dit oui d'accompagner l'Etat dans ce processus de réformes, mais il ne faut pas que cela soit des réformes conçues déjà d'avance, où en réalité on ne sait pas qui viendra prendre l'entreprise. Encore une fois oui aux réformes, mais sans faire les choses que certaines institutions interdisent. La SNE est une société de très petite taille, avec à peine deux cent quatre-vingt quinze mille abonnés et il y a des normes qui interdisent les petites entreprises d'être dissoutes. On peut réformer sans dissoudre l'entreprise et améliorer la gouvernance ». Le président du collège syndical a , en outre, rappelé tout le travail fait en amont avec certains partenaires en charge de la question.

Pour ces syndicats, il faut peut-être s'orienter vers ce qu'ils appellent le système verticalement intégré où la société reste une seule au lieu de la morceler comme le veut le gouvernement. « Et c'est même ce que nous soutenons. On parle de réforme mais la réforme conduit à la dissolution. », a ajouté Christian Diogo.

Abordant dans le même sens, le coordonnateur du collectif des syndicats de la Société nationale de distribution d'eau (SNDE) a, quant à lui, évoqué les nombreux problèmes auxquels cette entreprise est confrontée avec le cas des ouvrages construits ou aménagés par l'Etat, mais qui ne sont toujours pas remis à la SNDE pour usage, tel que le château d'eau de Kinkala, qui se trouve totalement dans les herbes.

Devant ces inquiétudes, le président du Sénat, Pierre Ngolo, a rassuré les syndicats que le moment venu, la délibération de cette question au niveau du Sénat ne se fera pas de façon hâtive, mais plutôt dans l'intérêt de la République.

« Faisons cet effort-là, pour qu'il n'y ait pas de tension inutile, le pays a suffisamment de problèmes qu'il ne faut pas en ajouter d'autres. Travaillons tous ensemble dans le sens que commande l'intérêt de la République, sans passion, sans préjugé. Votre opinion sera prise en compte si elle va dans le sens de l'intérêt général. Nous devons également faire des réformes en tirant les leçons des expériences passées. », a conclu Pierre Ngolo.

Congo-Brazzaville

Objectifs de développement durable - L'Afrique du nord enregistre les meilleurs résultats du continent

La sous-région a été classée en tête des quatre autres du continent, selon un rapport… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.