18 Février 2018

Burkina Faso: CCI-BF - Plus de 12 600 nouvelles entreprises créées en 2017

Le Bureau consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a organisé, le vendredi 16 février 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse pour faire le bilan de sa première année d'activités. Il a également déballé aux hommes de médias, les projets majeurs du Plan stratégique de sa mandature 2016-2021.

Officiellement installés le 30 novembre 2016, les élus consulaires (issus des élections 13 novembre 2016) ont élu le même jour, les membres du bureau consulaire et Mahamadi Savadogo comme président de l'institution. Après une année d'activités à la tête de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF), le bureau consulaire, «par devoir de redevabilité», a expliqué Mahamadi Savadogo, a animé une conférence de presse, le vendredi 16 février 2018, pour faire son bilan. Cet exercice a été assuré par le Directeur général (DG) de la CCI-BF, Issaka Kargougou. D'emblée, il a rappelé que le crédo de son institution est d'assurer un renouveau consulaire et de réconcilier la communauté des affaires avec elle-même. Pour ce faire, la Chambre de commerce, selon son DG, a fait de la concertation, la synergie d'actions, la collégialité et l'excellence, ses moyens d'actions.

En une année d'exercice, les concertations des membres du bureau consulaire, l'adoption des règlements intérieurs de la CCI-BF et des Délégations consulaires régionales (DCR), la signature de la Charte d'éthique et de déontologie par les élus et la mise en place d'un comité d'éthique et de déontologie sont les réformes majeures opérées, a confié M. Kargougou. A cela, il a ajouté la mise en place du Comité d'audit et d'un cadre d'échange des mandataires sociaux, la nomination des membres du Conseil des sages, la création d'un cadre de concertation des structures d'appui au secteur privé, l'organisation des 1ères Journées de réflexion stratégique de la mandature 2016-20121, l'opérationnalisation des 13 DCR et la formulation et l'adoption du Plan stratégique de la mandature de 135 milliards de F CFA. Les réformes majeures déclinées par le DG Kargougou font également cas de la relecture du manuel des procédures administratives, financières et comptables, l'adoption d'un nouvel organigramme et l'introduction de nouveaux produits et services comme les Matinées fiscales, l'assistance juridique et judiciaire et, le centre d'appel, entre autres.

70e anniversaire de la CCI-BF

Au titre des activités, le bilan fait par M. Kargougou énumère les tenues régulières des réunions du bureau consulaire, de l'Assemblée et des commissions consulaires. Viennent ensuite l'organisation du forum Etat/Secteur privé sur le Partenariat public privé (PPP), la 15e Rencontre gouvernement/ secteur privé et une rencontre avec les partenaires privés du Plan national de développement économique et social (PNDES). Issaka Kargougou a aussi cité la signature de dix conventions ou accords de partenariat, l'organisation de trois rencontres d'échange et de sept matinées fiscales avec la direction régionale des impôts. En termes de services offerts aux entreprises, la première année du bureau consulaire a connu l'enregistrement de plus de 5,6 millions de tonnes de marchandises sur les plateformes de la CCI-BF, la création de 12 619 nouvelles entreprises en 2017 (contre 11 661 en 2016), la délivrance de 85 393 documents d'importation et d'exportation et la diffusion de 5 511 avis d'appels d'offres nationaux et internationaux. De plus, l'organisation de missions d'affaires à l'étranger, la réception de délégations étrangères, l'assistance à des opérateurs économiques dans l'obtention de visas d'affaires et l'ouverture de deux nouveaux Centres de formalités des entreprises (CEFORE) sont à mettre à l'actif du Bureau.

Par ailleurs, Issaka Kargougou a noté la négociation aboutie de 600 millions de F CFA avec la Banque mondiale pour le renforcement des capacités des acteurs du pastoralisme au Sahel et la négociation en cours de 5 milliards de F CFA avec l'Union européenne pour la mise en place d'un projet de développement des grappes d'entreprises-huileries, coton, miel et énergie solaire. En matière de formation professionnelle, les efforts de la CCI-BF auront permis, selon son DG, l'ouverture de 33 nouveaux centres d'alphabétisation, la formation de 37 moniteurs d'auto-école et de 110 déclarants en douane. Le DG a, par ailleurs, signalé la formation de 982 personnes au permis de conduire E, celle de 340 jeunes au métier du transport et de 835 personnes à la demande d'entreprises. Issaka Kargougou met aussi à l'actif de son institution, la formation de 2 691 acteurs économiques et de 13 289 personnes au programme spécial du président, à la participation aux marchés publics, en fiscalité et en comptabilité et recherche de financement.

En termes de perspectives, la CCI-BF prévoit en 2018, la création du 1er centre d'appel sur les préoccupations des entrepreneurs, la 5e édition de AFRICALIA, la 1ère édition de l'émission télévisée «ECOMAG», l'extension du port sec de Bobo-Dioulasso à hauteur de 16 milliards de F CFA, la construction du port sec multimodal de Ouagadougou (25 milliards de F CFA) et le lancement des travaux du siège national de la CCI-BF (4 milliards de F CFA). 2018 devra également connaître les constructions d'un parking gros porteurs à Cotonou, du siège de la CCI-BF à Lomé, d'une technopole académique et de quatre DCR, l'opérationnalisation de la société SAFINE SA et la célébration des 70 ans de la CCI-BF.

Burkina Faso

Le blogueur Naïm Touré placé sous mandat de dépôt

Au Burkina Faso, après cinq jours de garde à vue, le blogueur et lanceur d'alerte Naïm Touré a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.