19 Février 2018

Sénégal: Dette de l'Etat vis-à-vis des EPES - Un acte manqué ?

Et pourtant le projet était brillantissime de trouver dans l'enseignement privé supérieur, un palliatif au problème lancinant de l'orientation des bacheliers sénégalais de plus en plus nombreux. Mieux la vocation professionnalisante de cet enseignement privé supérieur avait fait de notre pays une destination attractive pour nos voisins de la sous-région à fortiori nos jeunes compatriotes.

L'Etat du Sénégal l'avait fortement encouragé, mais aujourd'hui il semble que la désillusion est énorme du côté des étudiants et bien entendu des acteurs privés qui ont investi un secteur dont les contraintes académiques et managériales sont très élevées.

Entre faux fuyant et chiffres « à géométrie variables » on cherche à noyer le poisson qui n'est autre que la dette qui est en train de plomber l'élan extraordinaire qu'avait suscité cette trouvaille. Du côté du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation(MESRI), on cherche à gagner du temps en brandissant un audit qui n'est autre qu'un moyen de jeter la suspicion sur la dette due et échue. Ce qui est curieux, si l'on se réfère aux propos du MESRI qui parle de paiement par tranches. Comment en est- on alors arrivé à une dette d'un An et plus avec à la clé une menace de mettre près de 40000 étudiants à la rue?

Plus ou moins 16 milliards, peu importe. Une dette échue doit être payée, et si un moratoire doit être demandé qu'il le soit avec des mesures d'accompagnement et des garanties fermes. L'enseignement supérieur dernière étape vers la vie professionnelle, ne doit pas être installé dans une permanente instabilité ou les étudiants sont placés entre « le marteau de l'Etat et l'enclume des gestionnaires des EPES ».

Il faut dire que cette affaire qui suscite une vaste polémique entre le ministre de tutelle et les responsables des EPES, n'est pas sans rappeler l'épisode de la dette de l'Etat due aux entreprises privées nationales prestataires des marchés publics du temps de Abdoulaye Wade.

Vivement que les 5 milliards annoncés par le MESRI soient suivis d'autres milliards pour une année académique apaisée de ce côté au moins en attendant de s'atteler résolument vers le règlement des autres problèmes plus généraux de l'enseignement supérieur, faute de quoi les immenses efforts déjà fournis risque d'être compromis.

Sénégal

Les Sénégalais montrent un autre visage de l'Afrique

Les Sénégalais l'ont fait ! Deux participations à la Coupe du Monde, et deux victoires en match… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.