20 Février 2018

Nigeria: Procès Boko Haram - Des libérations et des «dysfonctionnements»

Au Nigeria, la deuxième et dernière vague des procès de membres présumés de Boko Haram a pris fin devant le tribunal de Kainji. Les audiences avaient démarré au mois d'octobre.

Sur les 1169 personnes présentes à la barre, 45 ont été condamnées à des peines allant de 2 à 15 ans de prison, et 468 ont été libérées. Les procès ont ensuite été suspendus. Ils ont repris la semaine dernière. Bilan : de lourdes peines et 475 nouvelles libérations.

Des centaines de membres présumés du groupe islamiste Boko Haram comparaissaient cette semaine devant un tribunal dans la base militaire de Kainji, dans l'Etat du Niger. 475 suspects ont été libérés après que la justice a estimé qu'il n'existait pas de preuves suffisantes de leur culpabilité.

Abdulrahman Yakubu, directeur de l'unité Protection et investigation à la Commission Nationale des Droits Humain (NHRC), estime que ces procès ont été justes même s'il pointe des dysfonctionnements. « Pour ce qui est du déroulement des procès, je considère, dans l'ensemble qu'ils ont été justes.

Le tribunal a donné la possibilité aux prisonniers d'expliquer leurs cas et de prouver leur innocence. Ils ont eu accès à un avocat pour leur défense. Les jugements et les peines prononcées l'ont été en accord avec la constitution et la loi nigériane », détaille-t-il.

Des « dysfonctionnements »

« En amont des procès en revanche, il y a tout de même eu des disfonctionnements. Il y a d'une part, le problème de la durée entre les arrestations et la comparution devant les juges.

Dans ces cas, la plupart des suspects ont été en détention au moins deux à trois ans avant leur procès. L'autre problème, c'est le laps de temps très court qui est octroyé aux avocats pour qu'ils puissent préparer la défense de leur client. Ce sont des points préoccupants », a-t-il déclaré.

À l'ouverture du procès en octobre dernier, 1 600 personnes étaient présentes à la barre. Les audiences n'étaient alors pas publiques et avaient soulevé de nombreuses critiques de la part des organisations de défenses des droits de l'homme.

Nigeria

Le chef de l'ONU condamne une attaque meurtrière dans l'Etat de Borno

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a condamné une attaque… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.