20 Février 2018

Afrique de l'Ouest: Flux financiers illicites - l'Afrique de l'Ouest perd 50 milliards de dollars

Dakar — L'Afrique de l'Ouest perd tous les ans 50 milliards de dollars américains, indique la Banque africaine de développement (BAD), dans un communiqué de presse annonçant le lancement ce mardi, à Paris, du rapport "Flux financiers illicites, L'économie du commerce illicite en Afrique de l'Ouest", de l'OCDE.

Cette seule sous-région sur laquelle se concentre ce nouveau rapport, "verrait ainsi lui échapper 50 milliards de dollars américains tous les ans, selon les estimations", révèle la BAD, citant le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d'Afrique.

Elle indique que "ce sont autant de ressources financières que les pays concernés ne peuvent mettre à profit de leur développement ou de leurs investissements domestiques".

Au-delà de l'Afrique de l'Ouest, observe la Banque, "ce sont des montants astronomiques qui échappent [chaque année] aux radars des autorités et régulateurs économiques pour quitter l'Afrique en toute illégalité et se voir transférés en Europe ou ailleurs dans le monde".

Cet argent est pourtant d'une grande utilité pour "concrétiser les objectifs de développement durables développés par l'ONU, les priorités de la Banque africaine de développement pour le développement de l'Afrique entérinées dans ses High 5 et l'Agenda 2063 de l'Union africaine".

Pour la BAD, avec les flux financiers illicites (FFI), il ne pose pas seulement un problème de pertes financières. Le rapport entend examiner la question suivante : "Comment les activités illicites ou criminelles peuvent-elles, au-delà, interagir avec l'économie, la sécurité et le développement dans les pays et régions particulièrement vulnérables aux FFI ?"

Le rapport "Flux financiers illicites, L'économie du commerce illicite en Afrique de l'Ouest", a été produit en collaboration avec la Banque mondiale, le NEPAD, ainsi que le Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (GIABA).

Ce rapport examine la nature de treize économies criminelles et illicites, qui sont souvent liées quand elles ne se renforcent pas mutuellement, en vue d'identifier les conditions qui permettent aux flux financiers illicites de se développer et leurs impacts sur le développement.

Le rapport va au-delà de l'analyse traditionnelle des flux financiers illicites (qui met généralement l'accent sur l'ampleur des pertes financières) et représente la première étape vers la construction d'une analyse plus qualitative de la manière dont les activités illicites ou criminelles peuvent interagir avec l'économie, la sécurité et le développement d'une région particulièrement vulnérable aux FFI.

Sénégal

Greenpeace Afrique appelle à une meilleure protection des défenseurs de l'environnement

Dakar, le 21 Juin 2018 - Suite aux manifestations contre l’exploitation du Zircon ayant occasionné, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.