20 Février 2018

Liberia: Géorge Weah à l'Elysée - Les jaloux vont maigrir

Photo: Le Pays
Georges Weah le nouveau président du Libéria
analyse

Un mois environ après son arrivée à la tête de l'Etat libérien, George Weah effectue une visite de 72 heures en France. Avant de rencontrer son homologue Emmanuel Macron à qui il exprimera sa gratitude pour le soutien multiforme dont il a bénéficié pendant la campagne électorale, George Weah s'est adressé, hier 20 février 2018, à plusieurs centaines d'étudiants au Centre national des arts et métiers de Paris.

Cette initiative rappelle l'intervention du président français, fin novembre 2017, à Ouagadougou au Burkina Faso. Cela dit, Paris valait bien une escale pour le ballon d'or qui a fait ses preuves à Monaco et au Paris Saint Germain, pour ce qui concerne sa carrière footballistique en France. Et ce n'est pas tout. George Weah fait partie de cette race de présidents qui « incarnent la nouvelle génération avec qui l'Elysée souhaite refonder les relations entre la France, l'Europe et l'Afrique », pour reprendre les termes de la présidence française qui explique par ailleurs que la visite de l'ancienne gloire du football africain sera consacrée « aux défis auxquels le Liberia fait face, en particulier la croissance économique et l'emploi de la jeunesse » ainsi qu'au « rôle du sport comme facteur de développement » .

N'est pas reçu à l'Elysée qui veut

Comme quoi, n'est pas reçu à l'Elysée qui veut. Car, bien des chefs d'Etat africains qui se considèrent comme de grands timoniers, auraient bien voulu être à la place de George Weah, petit bleu du continent. Il s'agit, pour ne pas les nommer, de Denis Sassou NGuesso du Congo Brazzaville, de Paul Biya du Cameroun, de Joseph Kabila de la RDC, de Faure Gnassingbé du Togo qui, tout autant qu'ils sont, sont passés maîtres dans le rafistolage des Constitutions pour s'éterniser au pouvoir.

Conséquence, leurs pays perspectifs sont à feu et à sang pendant qu'eux s'en tamponnent le coquillard. Cela dit, le séjour du numéro un des Libériens dans l'Hexagone pourrait être perçu comme une prime à l'alternance démocratique, quand on sait surtout que le Libéria revient de loin. C'est sans doute ce qui explique que la Fondation Mo Ibrahim a aussi choisi, cette année, de décerner sa prestigieuse récompense à Ellen Jonhson Sirleaf qui a su jeter les bases de la reconstruction d'un Libéria nouveau.

Liberia

EBOMAF déploie ses bulldozers au Libéria

Le chef d'Etat libérien, George Weah a promulgué la convention de construction d'infrastructures… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.