15 Février 2018

Afrique: Criminalité liée aux espèces sauvages - Le commerce de pangolins toujours florissant malgré son interdiction

communiqué de presse

Les spécialistes de la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages ont découvert un nombre surprenant de nouvelles routes pour le trafic de pangolins, passant notamment par l'Afrique, où vit le pangolin.

Les pangolins sont de petits mammifères qui se déplacent uniquement la nuit. Ils ne supportent pas la captivité, pratiquement aucun zoo n'a pu en conserver un vivant. Et pourtant, ils remportent le triste record de l'animal le plus illégalement trafiqué au monde, devant l'éléphant et le rhinocéros.

Les pangolins sont des créatures incroyables : avec leurs écailles brillantes et leurs têtes pointues, ils ressemblent à des dinosaures miniatures, les bébés pangolins se promènent sur la queue de leur mère, ils se nourrissent de fourmis avec leur langue de 25 cm de long et peuvent se rouler en une boule très solide capable de repousser n'importe quel prédateur - hormis les humains. Ils sont tellement insaisissables que nous n'en savons pas beaucoup plus à leur sujet.

Les spécialistes des Pangolin réunis en janvier 2017 à Singapour ont conclu que l'augmentation de la demande de pangolins en provenance de Chine a entraîné de « fortes baisses » de leurs populations au Cambodge, au Viet Nam et au Laos.

« Les pangolins sont utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des milliers d'années, mais la croissance démographique et des richesses en Chine ont accéléré la demande », affirme le Worldwatch Institute. « Les fœtus, les écailles et le sang de pangolin sont utilisés en médecine, la viande est considérée comme un mets de choix et les pangolins empaillés sont vendus comme souvenirs. »

Le commerce international des huit espèces de pangolins (quatre asiatiques et quatre africaines) est désormais interdit grâce à la protection renforcées accordée lors de la conférence de 2017 de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES).

Cependant, de nouvelles études s'appuyant sur les données de saisies transfrontalières de pangolins démontrent qu'au moins 120 tonnes de pangolins entiers, pièces et écailles ont été confisqués par les forces de l'ordre entre 2010 à 2015. En moyenne, les pangolins pèsent environ 5 kilogrammes, ce qui fait beaucoup pangolins.

Cette étude intitulée The Global Trafficking Of Pangolins: A comprehensive summary of seizures and trafficking routes from 2010-2015 a été publiée en décembre 2017 par l'Organisation internationale TRAFFIC et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), elle souligne la nature internationale du commerce : 67 pays ou territoires sont impliqués, y compris ceux qui ne sont pas des lieux d'origine du pangolin.

Les trafiquants passent par 27 nouvelles routes commerciales internationales, et l'Europe (en particulier l'Allemagne et la Belgique) a été identifiée comme un important carrefour de transit, principalement pour les pangolins africains transportés en Asie.

Par ailleurs, l'étude démontre que les Pays-Bas étaient une des destinations assurant l'expédition de grandes quantités de parties du corps de pangolins en provenance d'Ouganda ainsi que d'écailles en provenance de Chine.

Les conclusions du rapport soulignent la nature mobile des réseaux de contrebande, les trafiquants passant rapidement d'une route communément utilisée pour une courte période et créant de nombreux nouveaux itinéraires chaque année pour échapper aux efforts de répression.

Le 17 février, c'est la Journée mondiale du pangolin. Découvrez comment la campagne Wild for Life, dirigée par l'ONU, œuvre à la protection des pangolins et des autres espèces menacées par le commerce illégal d'espèces sauvages.

L'Environmental Investigation Agency affirme que la croissance du commerce des espèces de pangolins africaines a été significative au cours des dernières années, en particulier pour leurs écailles.

En novembre 2017, la Chine a annoncé la saisie de 11,9 tonnes d'écailles à bord d'un navire à Shenzen, ce qui en a fait la plus grande saisie d'écailles de pangolins au monde.

« Ce rapport démontre que non seulement les efforts de mise en application sont absolument essentiels, mais également que nous devons faire de la lutte contre la demande qui alimente le commerce illégal une priorité », explique Lisa Rolls, spécialiste de la communication sur les espèces sauvages.

« La Journée mondiale du pangolin, qui a lieu tous les ans le 17 février, est une journée importante pour la sensibilisation du public.

Nous devons informer les consommateurs qui ne sont pas informés des répercussions de leurs achats et prévenir les nouveaux utilisateurs. Nous demandons à tous de rejoindre à la campagne Wild for Life pour la Journée mondiale du Pangolin et d'en parler autour de vous ! »

Afrique

Les migrants sont trop souvent victimes de violence sexuelles

Maria Rajablat, infirmière, bénévole pour Sos Méditerranée, avait passé deux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 United Nations Environment Program. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.