22 Février 2018

Guinée: Dubreka - Boutiques et domiciles privés pillés et incendiés à Tobolon, l'appel de détresse d'une victime

La liste des victimes des violences poste électorales s'allonge en Guinée. Le 5 et 6 février 2018 quelques heures après la fermeture des bureaux de vote des élections locales du 4 février, des dizaines de boutiques et de domiciles privés des citoyens supposés être des partisans de l'opposition Guinéeenne ont été pillés et incendiés à Tobolon 2 dans la commune urbaine de Subventions.

Au micro de notre reporter, Mamadou Lama Diallo qui a vu sa deux boutique, son magasin vandalisés puis incendiés, son domicile privée et son bar café cambriolés par des jeunes de la localité se dit dépassé par ce qui lui est arrivé.

Selon lui, tout a commencé le lundi 5 février soir quand la CENI a donné les premiers résultats de certaines circonscriptions de Dubreka.

"Du coup, les jeunes sont venus s'attaquer au kiosque(restaurant)de mon voisin. Le mardi matin, nous nous sommes retrouvés au siège du quartier pour demander aux jeunes de se calmer et de mettre

fin aux violences. C'est de là-bas, que j'ai été informé que les loubards ont attaqué ma boutique, mon magasin et ma maison. Le magasin et la boutique ont vidés avant d'être incendiés. Ma maison qui se trouve à une dizaine de mètres a vidé. Le bar café aussi a été vandalisé. J'ai tout perdu. C'est un investissement de plus de 5 ans qui est parti en fumée. J'étais en Angola. Je fuis l'insécurité là bas pour venir investir chez moi et des compatriotes, des voisins viennent mettre tout à sac et incendier les bâtiments", à déploré Monsieur Diallo qui déplore le retard dans l'intervention des forces de l'ordre.

"Elles ont été informées à temps mais elles ne sont venues que plusieurs heures après ", a-t-il précisé.

Pour ce qui est de la perte subie, il estime à environ 300 millions de francs guinéens(GNF).

"Quelque soit votre intelligence, vous ne pouvez pas faire un bilan exhaustif d'un seul coup parce que les trois places étaient pleines de marchandises. Mais pas moins de deux cent cinquante millions de francs guinéens (250 000 000 GNF) pour la marchandise qui était dans la boutique et le magasin. Parce que dans le magasin, il y'avait 18 à 20 tonnes de ciments et tous les matériels qui peuvent rentrer dans la construction d'une maison. Dans la boutique d'alimentation, il y'avait plusieurs sacs de farine, du riz, de l'huile et beaucoup d'autres produits. Je me débrouillais aussi avec le transfert orange-money avec un café-bar aussi à coté. Maintenant, à l'intérieur de la maison, on peut estimer la perte à 30 millions GNF. Sans parler des bâtiments brûlés et les deux congélateurs", explique notre interlocuteur visiblement très déçu.

Avant d'annoncer avoir saisi et un avocat et un huissier de justice pour le défendre, Mamadou Lama Diallo indique qu'un jeune avec qui certains produits volés ont été retrouvés est déjà arrêté.

Avant de terminer, il a invité les autorités d'installer une brigade de gendarmerie dans la localité pour sécuriser les citoyens et leurs biens. "Aujourd'hui, ma famille et moi nous vivons de l'aide. Nous passons la nuit chez un ami parce que nous avons tout perdu. Je demande au gouvernement, aux ONG, aux institutions nationales et internationales, au GOHA, à l'ensemble des commerçants, à l'opposition, à toute personne de bonne volonté de me venir en aide. Le plus vite serait mieux ", a-t-il lancé.

Des informations recueillies sur place rapportent que plusieurs autres boutiques ont été vandalisées le même jour dans ce quartier.

Guinée

Dinguiraye - Notre confrère Abdoulaye Bah rejoint sa dernière demeure

Accompagné d'une forte délégation venant de Conakry, le journaliste du site d'informations… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.