24 Février 2018

Togo: Les dessous d'un report des discussions à une date ultérieure

Photo: Togonews
Ouverture lundi du dialogue politique

Si le communiqué ayant sanctionné la deuxième séance des travaux du dialogue inter-togolais hier vendredi a été moins expressif, il a toutefois donné lieu à plusieurs supputations. Certains allant jusqu'à se dire que le groupe de facilitation est déjà face au dur et pourrait abandonner la facilitation.

Les tenants d'une telle analyse se fondant sur le fait qu'il est indiqué dans le communiqué que les parties « ont convenu de se retrouver à une date qui sera décidée ultérieurement ». Et donc sans date précise pour une troisième séance.

De sources officielles, ces discussions pourront reprendre après deux semaines de pause. Et cette pause est justifiée par l'agenda du facilitateur, le président ghanéen Nana Akufo-Addo. Celui-ci devrait entamer à compter de ce samedi, une tournée européenne et américaine.

Toutefois, déclarait hier, l'ambassadeur du Ghana au Togo, Daniel Ossei, également membre du groupe de la facilitation, « le Ghana est toujours disposé à poursuivre la facilitation ». Mais, à son avis, « on ne peut pas demander à un président de la République de laisser son pays et être ici toutes les 24 heures... ».

Parlant des points discutés, il est à noter que les deux parties peinent à s'accorder sur les mesures d'apaisement et de confiance.

Ceci étant donné que des dizaines de détenus ont été libérés cette semaine alors que d'autres soumis à une procédure criminelle ou encore à une procédure correctionnelle, sont toujours en détention.

Même désaccord autour du second point portant sur le retour à la Constitution de 1992 et surtout de la fameuse phrase, « En aucun cas nul ne peut faire plus de deux mandats ».

Si l'opposition juge que c'est une phrase qui devrait avoir des implications touchant au sort de l'actuel président de la République, dans le camp du parti au pouvoir, il s'agit ni plus ni moins qu'une façon d'empêcher Faure Gnassingbé de se présenter à la présidentielle de 2020, puisqu'ayant déjà fait trois mandats.

Ce sont là les positions qui visiblement se cachent derrière le passage du communiqué ayant sanctionné les travaux, indiquant qu' « au cours de cette réunion, les discussions ont été sincères, les deux partis ont librement exprimé leur point de vue concernant les questions constitutionnelles ».

En savoir plus

« Discussions sincères » autour des questions constitutionnelles, selon la médiation

La deuxième séance du dialogue inter-togolais ouvert le lundi 19 Février dernier par le principal… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.