24 Février 2018

Guinée: Demande d'asile - La Guinée, l'un des pays qui causent une crise migratoire en Belgique

Le secrétaire d'Etat à l'asile et à la migration du Royaume de la Belgique a animé une conférence de presse jeudi 21 février 2018 à Conakry. Il était question de freiner l'immigration clandestine des guinéens vers la Belgique qui commence de prendre de l'ampleur.

Les autorités belges selon le secrétaire d'Etat à l'asile Belge ont enregistré de nos jours 901 demandes d'asile introduites par des guinéens.

C'est ce qui place la Guinée dans les TOP5 des pays pourvoyeurs de demandeurs d'asile en Belgique. L'Europe est l'Eldorado, pour les personnes qui vivent dans des conditions régulières mais, pas pour les migrants clandestins.

« Nous avons vécus une crise migratoire du jamais vue entre 2015 et 2016 et nous constatons qu'ils y a beaucoup des guinéens parmi ces migrants clandestins.

Après le Nigeria, la Guinée est le deuxième pays africain demandeur d'asile en Belgique. Nous avons deux plus des demandeurs d'asile des guinéens que ceux de la RDC », a indiqué Theo Francken.

Pour la chargée d'affaire à l'Ambassade de la Belgique en Guinée, l'investissement Belge en Guinée est estimé à 75 millions d'euro pour la période 2016, 2020. C'est une façon d'encourager les jeunes à rester dans leur pays.

« Cet investissement contribue à la réalisation de la route Kindia-Mamou, pour renforcer le développement économique et à l'amélioration des conditions de vie et du travail.

Nous travaillons aussi dans le domaine de la santé, de l'agriculture mais aussi et surtout sur l'entreprenariat pour éviter que la jeunesse prenne le chemin de l'immigration illégale », a soutenu Delphine Perremans.

Quant au directeur général de l'office de l'étranger au service d'immigration en Belgique, leur pays opte pour deux formes de retour des africains dans leurs pays. La forme volontaire et forcée.

«Nous collaborons avec les gens qui optent pour le retour volontaire, et là, nous avons deux programmes: un programme de retour simple qui est géré par l'Organisation Internationale pour la Migration (l'OIM). Les migrants reçoivent entre 250 et 300 euros. Le deuxième programme est le retour volontaire renforcé.

A ce nivea, les migrants bénéficient une aide financière qui tourne entre 2500 et 2700 euros. Pour celui de retour forcé, les migrants sont placés dans des camps afin d'organiser leur retour », a déclaré Roosemont Frerddy.

Guinée

Terya Circus, la nouvelle compagnie née des rues de Conakry

Avec leurs numéros à couper le souffle, les acrobates de Terya Circus ravivent la tradition du cirque en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.