25 Février 2018

Ouganda: Le Fonds de la CPI au profit des victimes, une justice réparatrice

Cette année, le statut de Rome à l'origine de la Cour pénale internationale fête ces vingt ans. A cette occasion, une délégation d'une dizaine de pays accompagnée du président des Etats-parties de la CPI est venue voir le travail sur le terrain réalisé par le Fonds au profit des victimes. Ce dernier est une entité créée par le statut de Rome, indépendante de la Cour, en charge des réparations après jugement de la CPI mais aussi de l'assistance aux victimes. Malgré l'importance de ce Fonds, il est souvent le parent pauvre de l'action de la CPI.

Le Fonds au profit des victimes mène ses projets en Ouganda depuis 2008, peu de temps après la fin de la guerre contre la LRA dans le pays qui a affecté des dizaines de milliers d'Ougandais. Kwon O-gon a été élu il y a quelques semaines seulement président des Etats-parties de la CPI. Il explique l'intérêt de ce Fonds :

« Nous disons qu'il n'y a pas de paix durable sans justice. Mais je pense que c'est à travers le travail du Fonds au profit des victimes avec la provision d'une justice réparatrice par exemple qu'est permise une paix durable. »

En Ouganda, 45 000 personnes ont bénéficié d'une aide directe du fond ces dix dernières années dans dix-huit districts. Le Fonds estime à 200 000 personnes touchées indirectement par son action. « Dans l'hôpital de Gulu, nous avons depuis quelques années un centre d'appareillage où aujourd'hui nous sommes à plus de 2544 prothèses distribuées pour les victimes du conflit, détaille Mama Koïté, membre du Fonds. Mais les besoins sont immenses. Nous avons vu beaucoup de gens qui nous ont dit "oui aujourd'hui nous nous sommes réhabilités, mais il y a encore des milliers de gens qui sont dans la brousse et qui ont besoin aujourd'hui d'appui". »

Le Fonds en tant qu'identité indépendante finance son travail grâce aux contributions des Etats et aux donations privées. Un budget d'1,2 million d'euros par an qui tend à restreindre ses actions sur le terrain.

Le Fonds mène des programmes en Ouganda, en Côte d'Ivoire et au Congo. Il projette d'ouvrir des programmes en Centrafrique et au Kenya. Actuellement à La Haye se déroule le procès de l'un des principaux chefs de la LRA, Dominic Ongwen surnommé la « fourmi blanche ». Un mandat d'arrêt contre Joseph Kony, le leader du mouvement de la LRA, court toujours. La LRA est toujours active notamment en Centrafrique et en RDC.

Ouganda

L'ancien chef de la police Kale Kayihura arrêté pour «des affaires»

En Ouganda, le général Kale Kayihura a été arrêté mercredi. L'annonce a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.