25 Février 2018

Afrique du Sud: Des mineurs sud-africains en grève car une banque Gupta n'a pas pu les payer

Après la démission de Jacob Zuma, c'est tout un système qui s'effondre. La fratrie indienne des Gupta, très proche de l'ancien président, est recherchée par la police sud-africaine. Leur départ précipité du monde des affaires sème le doute parmi les employés de leurs entreprises. Plus de 2 000 mineurs sont en grève depuis mercredi 21 février, car ils n'ont pas été payés.

Leurs salaires devaient être payés vendredi dernier, mais les 2 500 mineurs d'une mine de charbon appartenant aux Gupta n'ont rien reçu. L'argent n'a pas pu être délivré.

La dernière banque de la fratrie Gupta, la banque indienne de Baroda, a annoncé début février qu'elle quittait l'Afrique du Sud. La raison officielle est le manque d'opportunités économiques. Mais la banque avait également reçu une amende de plus d'un million d'euros pour avoir manqué à ses obligations.

Reste qu'elle n'a pas pu débloquer les salaires des mineurs. La mine a donc été placée en redressement judiciaire, les salariés continuent la grève. Ils ne seront pas les seuls. Même problème dans une autre mine de charbon des Gupta de la région du Mpumalanga. L'entreprise n'a pas pu tenir sa promesse de payer les salaires le week-end dernier.

Les mineurs ont une autre interrogation : les Gupta vont-ils vendre les mines ? Car les trois frères indiens tentent désespérément de fuir le pays et de sauver leurs intérêts.

Afrique du Sud

Coopération internationale - L'Afrique du Sud en prospection

Le ministre de l'Economie a reçu une délégation sud-africaine désirant investir dans… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.