26 Février 2018

Burundi: «Le régime oblige les gens à voter en faveur du référendum»

Le cas du Burundi doit être abordé ce lundi au Conseil de sécurité des Nations unies. À cette occasion, la Fédération internationale de la ligue des droits de l'homme (FIDH) et la ligue ITEKA au Burundi publient une note sur la situation dans le pays avec des recommandations à destination des diplomates onusiens.

Un référendum est prévu en mai prochain au Burundi pour décider d'un changement de Constitution qui permettrait, entre autres, au président Pierre Nkurunziza de se représenter pour deux nouveaux mandats.

Selon la FIDH, « les autorités mènent une campagne de terreur qui vise à contraindre la population à s'inscrire sur les listes électorales et à voter en faveur de la révision constitutionnelle ».

Au cours de l'année 2017, selon le rapport, il y a eu 456 meurtres commis par le régime et les forces de l'ordre, 89 disparitions forcées, 283 victimes d'actes de torture, 77 victimes de violences sexuelles et basées sur le genre, et 2 338 arrestations souvent suivies de détentions en dehors de toute procédure légale.

Joint par RFI, Florent Geel, directeur du bureau Afrique de la FIDH, explique que « le référendum a pour but essentiel le contrôle et le maintien au pouvoir du régime actuel et de son président, et ce par tous les moyens ».

« Les moyens qui sont utilisés aujourd'hui au Burundi sont ceux sont qui sont utilisés depuis trois ans d'ailleurs, c'est pourchasser tous ceux qui pourraient être dans une vision contestataire, poursuit Florent Geel.

Vous avez un régime qui enrôle de force la population, oblige les gens à voter et à voter en faveur du référendum.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit très probablement pour changer la donne adopter des sanctions individuelles et ciblées contre les membres du régime politique, mais également de l'armée, de la police et des milices Imbonerakure, qui sont responsables des crimes qui sont commis au Burundi, et tenter de les amener à la table des négociations et de relancer un dialogue politique pour avoir une issue politique à cette crise. Car c'est une crise avant tout politique ».

La CPI a ouvert une enquête pour des crimes commis au Burundi qui relèvent de sa compétence, c'est-à-dire des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité.

Burundi

La situation reste difficile avec plusieurs menaces sérieuses pesant sur la stabilité (ONU)

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique centrale,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.