3 Mars 2018

Gambie: Corridor Dakar-Banjul - Pour la mise en place d'un observatoire des pratiques anormales

De nouveaux jalons ont été posés, avant-hier, à Karang, poste entre le Sénégal et la Gambie. Ceci, dans le cadre de l'intégration des peuples en Sénégambie, le temps d'une importante journée organisée par les deux Etats.

Mbagnick Ndiaye, ministre de l'Intégration africaine, du Nepad et de la Francophonie et Isatou Touray, ministre gambien de l'Intégration régionale et de l'Emploi, accompagnée de son collègue du Tourisme, Amath Bâ, ont présidé, avant-hier, la journée sur la libre circulation des personnes et des biens. C'était à karang, à la frontière entre les deux pays. « Vous êtes chez vous, ici, dans cette ville hospitalière de Karang. Peut-être, c'est vous-mêmes, Mme la ministre qui aurait dû me souhaiter la bienvenue dans cette cité tampon entre nos deux pays frères, tant la proximité géographique et culturelle est grande avec votre belle capitale, Banjul », a lancé Mbagnick Ndiaye.

Les populations de Karang n'ont pas dérogé à la règle en réservant un accueil chaleureux à la délégation gambienne mais également aux membres du corps diplomatique et représentants des autres pays voisins comme la Guinée-Bissau, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Mali, qui partagent en commun la Cedeao. Pour la ministre gambienne, Dr Isatou Tourey, « cette rencontre est venue enfin à son heure et devrait bien concrétiser les nombreuses initiatives que nos deux Chefs d'Etat ont enclenché depuis l'arrivée au pouvoir, en Gambie, d'Adama Barro, à travers des relations marquées par plusieurs accords de coopération économique notamment et dans les domaines du tourisme, la défense, la sécurité et les représentations consulaires. Il s'y ajoute le respect mutuel de la souveraineté des deux Etats. Il s'agit, pour chacune des parties, de tirer des avantages comparatifs de chacun des deux pays ». La ministre gambienne a fait noter également la construction du Pont de Farafegny et cela après plusieurs tentatives infructueuses. « Ce pont va, à terme, permettre non seulement le désenclavement de la Casamance mais aussi favoriser une meilleure circulation des personnes et des biens. Surtout que cet ouvrage structurant permettra à la Gambie d'améliorer les transactions à l'intérieur de son territoire », a souligné Mme Isatou Tourey.

L'une des principales recommandations contenues dans la déclaration dite de Karang sur la libre circulation des personnes et des biens est la mise en place d'un observatoire des pratiques anormales sur le corridor Dakar-Banjul afin de lutter, au mieux, contre les tracasseries routières et le long des frontières.

Une proposition faite aux deux gouvernements de Dakar et de Banjul par les différents acteurs qui ont passé au peigne fin toutes les préoccupations des populations.

Gambie

CM 2018 - Jusque-là, les arbitres africains font le travail

Si les résultats sur le terrain ne sont pas encore à la hauteur des attentes, l'Afrique peut-être… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.