3 Mars 2018

Seychelles: Les Seychelles soumettent un dossier à la Cour de justice internationale en support aux Chagossiens

Les Seychelles ont présenté à la Cour internationale de Justice un dossier en appuie à l'ile Maurice sur les conséquences juridiques de la séparation de l'archipel des Chagos de l'île Maurice en 1965.

Johnny Bastienne, Secrétaire adjoint du Cabinet pour les affaires institutionnelles, a déclaré aux médias jeudi, que cette initiative visait à montrer son soutien à la communauté des Chagos résidant aux Seychelles.

L'année dernière, le 22 juin, les Seychelles sont devenues l'un des 94 pays qui ont voté pour la résolution de l'ONU demandant un avis consultatif de la Cour internationale de justice à La Haye, Pays-Bas, sur le statut juridique des îles Chagos.

M. Bastienne a déclaré que cet avis devait être donné sur si le processus de décolonisation de Maurice a été légalement accompli quand l'indépendance lui à été accordé en 1968, suite à la séparation.

En second lieu, celle-ci donnera son avis sur les conséquences du droit international découlant de la poursuite de l'administration par le Royaume-Uni et l'Irlande du Nord de l'archipel des Chagos.

En 1965, trois ans avant l'indépendance de Maurice, le Royaume-Uni décida de séparer les îles Chagos, un archipel, du reste de la colonie de l'océan Indien. Le gouvernement mauricien affirme que cela allait à l'encontre de la résolution 1514 de l'ONU, adoptée en 1960, qui interdisait spécifiquement la séparation des colonies avant l'indépendance.

Le président du Comité Chagossien local, Pierre Prosper, a déclaré que la soumission du gouvernement des Seychelles est principalement en faveur de la communauté des Chagossiens aux Seychelles.

«Le comité a constamment fait pression au cours des derniers mois pour que le gouvernement fasse une telle soumission avant la date limite du 1er mars. Nous sommes très heureux que le gouvernement seychellois ait pris cette position décisive et très importante en ce moment afin de soutenir la communauté aux Seychelles ", a déclaré M. Prosper.

Environ 2 000 Chagossiens ont été expulsés de force de l'archipel des Chagos dans l'océan Indien central en 1960 après que le Royaume-Uni ait loué l'île principale, Diego Garcia, aux États-Unis pour en faire une base militaire. Plus de 200 personnes ont été déportées à Mahe, l'île principale des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, entre 1967 et 1973, alors que le pays était encore une colonie britannique.

Une ordonnance d'immigration empêchant quiconque de revenir en arrière a été publiée en 1971. La déclaration du bureau britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth a noté que les accords visant à abriter la base américaine de Diego Garcia se poursuivront jusqu'en décembre 2036.

M. Prosper a déclaré que la position du gouvernement en ce qui concerne la revendication de la souveraineté mauricienne est indépendante de la position du Comité des Chagossiens des Seychelles.

"Alors que le gouvernement mauricien a une base juridique apparente pour leurs revendications, nous les exhortons à montrer plus d'intérêt pour le bien-être des Chagossiens en général, où qu'ils se trouvent", at-il ajouté.

Le président de la communauté locale a déclaré: "Nous nous félicitons des futures discussions sur la question; à savoir qui parmi les Mauriciens ou les Chagossiens devraient être les propriétaires légitimes des îles."

Seychelles

Le Corail fait son retour sur Aldabra aux Seychelles, mais le nombre de poissons baisse

Un programme de surveillance récent sur le récif de l'atoll d'Aldabra a montré une augmentation de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.