6 Mars 2018

Congo-Kinshasa: Maison Schengen - Kinshasa et l'UE en pourparlers

Après environ 45 jours de brouille entre la République Démocratique du Congo et l'Union Européenne autour de la fermeture de la Maison Schengen à Kinshasa, avec toutes les conséquences que cela a entraînées, les deux parties tentent revenir aux bons sentiments. Des pourparlers sont actuellement en cours entre Kinshasa et Bruxelles en vue de remettre les choses au point pour le bénéfice de toutes les parties.

En effet, la décision de Kinshasa de procéder à la fermeture de Maison Schengen à travers la correspondance portant la signature vice-ministre aux Affaires étrangères, est à la base de la dont on déplore les conséquences à ce jour.

Dans cette correspondance adressée à l'ambassade de Belgique en RDC, le gouvernement congolais, par le biais de son vice-ministre Affaires étrangères, avait décidé la fermeture de la Maison Schengen Kinshasa. C'était en réaction à la décision que le gouvernement venait de prendre à l'endroit de la République Démocratique du de retirer au gouvernement la gestion du fonds (plus de 25 d'euros) alloué à son agence de coopération pour des humanitaires auprès de la population congolaise dans les domaines la santé, l'éducation, l'agriculture, etc.

Cette mesure avait suscité des réactions aussi bien chez les politiques de l'Opposition que des organisations de la société civile.

Le plus grand reproche qu'on faisait à l'Exécutif congolais était confondre le rôle de la Maison Schengen qui est une représentation pays membres de l'UE et, non du Royaume de Belgique avec Kinshasa était en désaccord.

Le retour aux bons sentiments ne peut qu'être salué par toutes parties, particulièrement le commun des mortels congolais qui a plus payé les frais de la fermeture.

Pour rappel, ce sont des Congolais sans moyens qui ne pouvaient se livrer à des grandes manœuvres pour aller obtenir le visa ailleurs.

En plus, d'autres compatriotes dont la survie était étroitement à l'existence de ladite maison - le cas des employés et cambistes - étaient pénalisés par la rupture de la coopération. pour les Congolais de la diaspora qui étaient également bloqués leurs mouvements sur leur mère patrie.

Bart Ouvry se veut optimiste

Interrogé par la radio «Topcongo», l'ambassadeur et chef de de l'Union européenne en RDC Bart Ouvry, a confirmé l'existence pourparlers qui se déroulent actuellement entre Kinshasa et l'UE la réouverture de la Maison Schengen fermée dans la deuxième moitié mois de janvier de l'année en cours.

«Nous devons trouver une solution. Des pourparlers sont en cours.

J'ai bon espoir qu'on pourra, dans les délais les plus possibles, recommencer à délivrer les visas Schengen », a-t- déclaré, avant de rappeler que la Maison Schengen relève d' politique commune de l'Union européenne et elle n'existe uniquement au Congo.

On rappelle que la Belgique avait réagi en condamnant dans des fermes les massacres des chrétiens catholiques par les forces l'ordre et de défense congolaises lors de la marche pacifique du décembre 2017, pour réclamer l'application de l'Accord de la Sylvestre. Avant de décider de retirer le gouvernement congolais de gestion des fonds alloués à son agence de développement. Chose que RDC n'a pas digéré. Voilà ce qui est à la base des nuages assombri les relations entre Kinshasa et Bruxelles.

Congo-Kinshasa

Malgré les irrégularités, la détention des militants de Filimbi prolongée

Pas de liberté provisoire pour les militants de Filimbi en RDC. Près de six mois après leur… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.