6 Mars 2018

Congo-Kinshasa: Le regain des tensions dans la région du Kasaï menace les civils et les déplacés (HCR)

L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) est vivement préoccupée par la situation dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), où l'instabilité persistante menace la sécurité des civils, y compris pour plusieurs centaines de réfugiés récemment rentrés d'Angola.

« Les forces gouvernementales congolaises ont repris le contrôle d'une grande partie du Kasaï, mais des combats sporadiques s'y déroulent encore entre les forces armées et des milices », a déclaré mardi une porte-parole du HCR, Aikaterini Kitidi, lors d'un point de presse à Genève, ajoutant que « de fortes tensions entre les différents groupes ethniques menacent parallèlement de plonger cette région dans une nouvelle spirale de violences ».

Selon les employés du HCR à Tshikapa, une ville située à une soixantaine de kilomètres de la frontière avec l'Angola, des déplacés internes ainsi que des personnes de retour d'Angola, ne peuvent pas retourner dans leurs villages d'origine en raison des tensions interethniques.

En février 2018, ces tensions interethniques ont généré plus de 11.000 déplacés qui ont dû rejoindre le nord de la région, dans le territoire de Mweka. Ils s'ajoutent aux 900.000 Congolais devenus des déplacés internes depuis l'éruption de la crise au Kasaï en 2016.

Le conflit du Kasaï a également forcé plus de 35.000 Congolais à fuir en Angola en quête de sécurité.

« Depuis septembre 2017, certains sont rentrés spontanément en RDC - pour découvrir qu'il leur est impossible de rejoindre leurs villages d'origine. A ce jour, beaucoup d'entre eux vivent dans des églises et des mosquées, tandis que d'autres ont été forcés de rejoindre d'autres provinces », a expliqué la porte-parole.

L'aide aux rapatriés pour reconstruire leurs maisons est limitée, car le financement humanitaire ne permet pas actuellement de mener un programme de reconstruction.

Seul 1% des 368,7 millions de dollars demandés dans l'appel de fonds 2018 lancé par le HCR afin de venir en aide aux personnes affectées par la crise en RDC a été perçu à ce jour.

Parmi les réfugiés congolais en Angola, beaucoup disent qu'ils ne souhaitent pas retourner actuellement dans leur région d'origine, en raison de l'instabilité. Le HCR estime également que des retours sûrs, durables et dignes ne sont pas possibles, tant que la paix et la sécurité ne sont pas rétablies.

Le HCR a donc appris avec une vive inquiétude, il y a quelques jours, l'expulsion de 530 Congolais depuis l'Angola vers la RDC entre le 25 et le 27 février.

Les retours se sont déroulés malgré les demandes réitérées par le HCR aux autorités angolaises de procéder à un examen conjoint de la situation du groupe non enregistré en matière d'asile.

Le HCR exhorte les autorités angolaises à cesser les refoulements de Congolais vers leur pays d'origine. « En cas d'amélioration de la situation en RDC, le HCR se tient prêt à apporter son appui aux autorités de RDC et de l'Angola dans leurs discussions sur le rapatriement librement consenti », a conclu Aikaterini Kitidi.

Congo-Kinshasa

Le défi logistique des élections au cœur des interrogations

En RDC, les candidats aux provinciales commencent à s'enregistrer ce samedi, durant deux semaines. Au total, 169… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.