6 Mars 2018

Burkina Faso: Double attaque de Ouagadougou - La procureure fait un premier point sur l'enquête

Quatre jours après le double attentat meurtrier de Ouagadougou, la procureure du Faso Maïza Sérémé a fait pour la première fois ce mardi 6 mars un point sur l'enquête.

C'est bien par un bâtiment annexe à la chancellerie que les assaillants ont réussi à franchir l'un des murs d'enceinte de l'ambassade de France après avoir tué le gendarmes burkinabé de faction.

Ils ont aussitôt été stoppés dans leur assaut par les gendarmes de l'ambassade soutenus par les forces burkinabè. Maïza Sérémé ajoute que l'autre militaire burkinabè tué par les terroristes était un homme non armé qui quittait les services du consulat.

La procureure confirme par ailleurs que la voiture berline gris clair qui a servi au transport des assaillants a été incendiée par l'un d'entre eux.

A l'état-major, selon les premiers éléments de l'enquête, ce sont quatre assaillants - et non pas cinq comme on l'a cru un moment - qui ont pris d'assaut le bâtiment. Deux sont arrivés en mobylette rouge, deux autres en voiture Nissan Almeira verte.

Pendant que trois des terroristes faisaient usage de leur kalachnikovs, de grenades et d'engins incendiaires, le quatrième homme au volant du véhicule a attendu qu'on lui ouvre le portail arrière pour faire sauter la Nissan contre un bâtiment où devait se tenir une réunion du G5 Sahel, indique Maïza Sérémé.

Ces hommes étaient en civil, soulignent les enquêteurs, et portaient tous des bandeaux blanc autour de la tête où étaient écrits en arabe des slogans à la gloire d'Allah.

Encore des zones d'ombre

Des zones d'ombres demeurent sur la façon dont la voiture piégée a franchi la porte. Comment cette porte qui est intacte a-t-elle pu s'ouvrir de l'intérieur à un véhicule apparemment civil s'il n'y avait pas une complicité dans l'enceinte militaire ?

Ou alors les terroristes ont-ils réussi à forcer le passage par une porte de service avant d'ouvrir ce fameux portail. Les enquêteurs n'excluent aucune complicité intérieure ou extérieure à l'armée.

De même, on ne connait pas encore l'identité ou la nationalité des terroristes ni la nature de l'explosif utilisé dans la voiture piégée. On en revient par ailleurs au bilan initial de huit militaires et huit assaillant tués, alors que le dernier faisait état de neuf assaillants et sept militaires tués.

L'enquête se poursuit. Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, parmi lesquelles deux militaires, un ex-militaire radié et cinq civils. Les enquêteurs, qui devraient prochainement diffuser les portraits des terroristes, lancent un appel à témoin pour faciliter les investigations.

Plus d'une soixantaine de personnes ont été auditionnées, comme victime ou témoin

Burkina Faso

Inculpation de Naïm Touré, la réaction du gouvernement

En attendant son procès, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré reste en détention… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.