6 Mars 2018

Burkina Faso: 8 mars 2018 - Pas de « plan Marshall » pour sauver la fête

Contrairement au plan Marshall (aide économique et financière proposée par les Etats-Unis à tous les pays européens) qui a permis de sauver le Vieux Continent à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les femmes du Faso ne bénéficieront pas de plan de la part de leur ministre de tutelle, Laurence Ilboudo/Marshall, pour sauver « leur 8-Mars ».

En effet, elles qui ont pris l'habitude de fêter en grande pompe cet événement annuel ont été appelées par la ministre, le 5 mars dans un communiqué, à rester dans la logique du deuil consécutif à la double attaque qui a touché Ouagadougou en plein cœur.

La double attaque qui a touché Ouagadougou en plein cœur le 2 mars dernier a laissé les hommes intègres dans la tristesse, la désolation, le recueillement et la recherche de solution à cette barbarie.

Afin de compatir à la douleur des familles endeuillées des huit victimes, le cœur meurtri, le gouvernement a décidé que la Journée du 8-Mars serait célébrée dans la sobriété en en annulant le caractère festif.

« La commémoration du 8 mars 2018 se tiendra dans un contexte particulièrement difficile suite aux attaques terroristes perpétrées contre notre pays », a d'entrée de jeu rappelé Laurence Ilboudo/Marshall dans son communiqué. De ce fait, elle invite les populations burkinabè à célébrer cette journée dans « la sobriété et le recueillement».

Estimant que le noir pourrait exprimer le mieux le deuil et la compassion, le chef du département de la femme a invité toutes les femmes à porter, en solidarité avec les familles éplorées, un signe distinctif : foulard, écharpe ou bandeau de couleur noire lors des activités commémoratives.

Selon le communiqué, les regroupements festifs et autres manifestations de réjouissance populaire sont à bannir sur toute l'étendue du territoire national. Toutefois, « les journées de réflexion des 7 et 8 mars 2018 sont maintenues aux mêmes lieux et heures», a-t-elle précisé.

Quant aux promoteurs de spectacles et d'évènements de distraction de tout genre relatifs à la célébration du 08 mars, la première responsable du département de la Solidarité nationale les a invités à respecter « scrupuleusement cette consigne ».

En rappel, le ministre de la femme avait, le 26 février dernier, annoncé la suppression de la parade cette édition pour des raisons budgétaires. Il faut donc dire que cette interdiction de fêter vient renforcer la sobriété de cette célébration longtemps faite en grande pompe.

Burkina Faso

L'activiste Naïm Touré est toujours en garde à vue

Au Burkina Faso, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré est toujours en garde à vue. Il devrait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.