6 Mars 2018

Burkina Faso: Appui aux FDS - L'UE et l'Allemagne offrent du matériel de 600 millions de F CFA

L'Union européenne et l'Allemagne, à travers le Programme de gestion intégrée des espaces frontaliers (ProGEF), ont remis des équipements civils neufs aux forces de Défense et de sécurité du Burkina Faso, le vendredi 2 mars 2018, à Ouagadougou.

La gestion efficace des espaces frontaliers joue un rôle primordial en Afrique. Pour renforcer la protection des frontières et des populations, l'Union européenne et la République Fédérale d'Allemagne ont remis du matériel roulant d'une valeur de 600 millions de F CFA, aux Forces de défense et de sécurité (FDS) du Burkina Faso, le vendredi 2 mars 2018, à Ouagadougou.

Le don est composé de 30 véhicules Toyota pick-up, 20 ordinateurs de bureau, 20 onduleurs, 20 imprimantes laser noir et blanc avec cartouche d'encre, dix copieurs avec scanner, dix stabilisateurs et 20 GPS. Le matériel acquis dans le cadre de l'exécution du Programme de gestion intégrée des espaces frontaliers (ProGEF) a pour but de contribuer au renforcement des capacités techniques de la police, de la gendarmerie et de la douane dans les régions de la Boucle du Mouhoun, de l'Est et du Sahel afin de maintenir la stabilité dans le pays. En outre, le Burkina Faso fait partie des pays bénéficiaires du «fonds spécial de mise à niveau», pour la gestion et le développement durable des zones frontalières, a-t-il affirmé. Le ministre de l'Administration territoriale et de la décentralisation, Siméon Sawadogo a exprimé sa reconnaissance aux bienfaiteurs.

«Nous sommes très heureux de recevoir cette dotation à travers cette action de coopération fructueuse que le Burkina Faso mène avec la délégation de l'Union européenne et l'Allemagne à travers le ProGEF qui est mis en œuvre par Deutsche Gesellschaft fur Internationale Zusammenarbeit (GIZ)», s'est-il réjoui. Selon l'ambassadeur d'Allemagne au Burkina Faso, Dr Claus Bernard Auer, la situation géographique du pays est un facteur de risque en termes de sécurité. «Les longues frontières ne sont ni délimitées, ni suffisamment contrôlées et n'offrent qu'une protection très médiocre à la population», a-il regretté.

Il a, en outre, expliqué que l'objectif central du don est d'améliorer les conditions de vie de la population dans les régions frontalières avec le Mali et le Niger. A l'entendre, ces populations ne bénéficient pas suffisamment des services sociaux de l'Etat. «Pour garantir l'accès à l'eau potable, aux soins médicaux, à l'éducation et à l'hygiène, il est prévu de développer les infrastructures», a-t-il expliqué.

Le GIZ forme les agents de la police, des douanes et de la gendarmerie pour qu'ils puissent assurer convenablement les contrôles de manière plus efficace et dans le respect des normes relatives aux droits de l'homme, éviter les cas de corruption et renforcer la communication.

Burkina Faso

Développement - Le second compact va miser sur «l'accès à une électricité suffisante et de qualité»

L'ambition de l'UCF-Burkina est de formuler un compact de qualité de manière participative et inclusive et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.