8 Mars 2018

Guinée: INIDH - Le président Mamady Kaba accusé de mauvaise gestion

Après trois ans à la tête du l'Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) comme c'est prévue par la loi, des commissaires veulent qu'il y ait l'organisation d'une nouvelle élection pour remplacer l'équipe de Mamady Kaba.

Ses membres l'accusent par la même occasion de mauvaise gestion du budget de fonctionnement que l'État guinéen octroi à cette institution à chaque trimestre.

Interrogé par un reporter d'Aminata.com Maitre Foromo Frédéric Loua, président de protection au niveau d'INIDH, avocat à la cour, également président de l'ONG Même Droit pour Tous a indiqué que Monsieur Mamady Kaba n'est plus président d'INIDH, il n'a ni la légitimité, ni la légalité de représenter cette institution.

Il a été élu pour un mandat de trois ans et le mandat est fini depuis le 11 février 2018. Il est en train de multiplier les stratagèmes pour empêcher la tenue des élections et il va au nom de cette institution à des rencontres, ce qui n'est pas légal.

« Il sait ce qu'on appel de l'usurpation de titre et de fonction, il n'est plus le président, il doit s'abstenir d'intervenir au nom d'INIDH jusqu'à ce que les nouvelles élections soient tenues et que le nouveau président soit élu », a-t-il indiqué.

Il a poursuivi en soulignant, vu que M. Kaba est en train d'empêcher la tenue des élections, « nous sommes en train de travailler pour réunir les 2/3 des commissaires parce que la loi dit que les 2/3 des commissaires peuvent tenir une plénière régulière sur un ordre du jour qu'ils choisiront.

Nous sommes déjà près que vers la fin de ce travail, nous avons réuni les 2/3 et nous allons tenir la plénière à l'issu de laquelle le président de l'INIDH va être élu et celui là qui désormais va porter le nom, les valeurs de cette institution ».

Malgré la fin de son mandat et rester sous silence pour organiser des nouvelles élections, Mamady Kaba continu toujours à représenter cette institution dans des grandes rencontres, ce qui pourrait être illégale selon la loi de l'INIDH.

Pour cela, Me Foromo a promis qu'ils vont saisir la cour constitutionnelle, pour que ce dernier ne représente plus l'INIDH en attendant que les nouvelles aient lieux.

Concernant les subventions que l'État octroi à chaque trois mois pour le fonctionnement de cette institution, le président de protection au niveau d'INIDH a dénoncé que Mamady Kaba les gère à sa guise sans compte rendu et il gère comme si c'était son argent personnel.

« Tout cela n'est pas normal, il a écarté tous les autres membres du bureau exécutif et au jour d'aujourd'hui, il s'est entouré d'un petit clan qui profite de l'argent de l'État.

Tout cela doit s'arrêter et nous sommes sur le chemin, nous n'allons pas baisser les bras parce l'INIDH est une institution si importante qu'on ne peut pas laisser son sort dans les mains d'un homme qui n'a pas conscience des responsabilités qui sont les siennes », a-t-il souligné.

Selon notre interlocuteur, cette institution de défense des droits de l'homme reçoit comme budget de fonctionnement 500 millions de francs guinéens par trimestre.

Depuis sa mise en place le 11 février 2015, il n'y a pas eu même deux réunions avec les membres pour expliquer au moins la façon dont cet argent est utilisé. Le président M. Kaba et son clan le gère comme bon le semble.

Guinée

Mines - La COBAD démarre l'exportation de la bauxite de Dian Dian

Enfin, c'est fait, et le rêve devient réalité! La Compagnie de bauxite et d'alumine de Dian Dian qui… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.