7 Mars 2018

Congo-Kinshasa: Atteindre les assignations contenues dans la LOFIP 2018. DGRAD - Henri Yav et Maguy Sambi mobilisent les Directeurs face au défi à relever

La Direction Générale des Recettes Administratives, Judiciaires, Domaniales et de participations, DGRAD, organise, depuis hier, mercredi 7 mars 2018, la conférence des Directeurs, édition 2018.

Les Directeurs de Kinshasa et ceux venus des Provinces prennent part à cette grand-messe qui se tient au Cercle le Gourmand de Kinshasa, dans la commune de la Gombe. Placée sous le haut patronage du Ministre des Finances, Henri Yav Mulang, cette conférence a pour thème: «l'atteinte des assignations contenues dans la Loi des Finances pour l'exercice 2018 (LOFIP) : un défi à relever».

Au cours de ces assises de quatre jours, soit du 7 au 10 mars, il sera question, d'une part, d'évaluer les réalisations des recettes de l'année 2017 et projeter les actions à mener pour 2018 et, d'autre part, élaborer les stratégies adaptées en vue d'assurer, en 2018 plus qu'en 2017, une plus grande mobilisation des recettes dont le Gouvernement a besoin pour continuer à améliorer les conditions de vie de la population.

Dans son discours d'ouverture, Henri Yav Mulang, Ministre des Finances, a indiqué que le thème choisi pour ladite conférence résume les attentes du Gouvernement vis-à-vis de la DGRAD. Ce, avant d'ajouter que cette conférence offre au ministère des Finances, ainsi qu'à la DGRAD, l'opportunité d'évaluer les réalisations des recettes au cours de l'année 2017 et de projeter les actions à mener pour faire autant, si non plus, en 2018.

Il a, en outre, rappelé qu'en dépit des problèmes auxquels la DGRAD a fait face en 2017, elle a réalisé 724 milliards de Francs Congolais sur les prévisions de 802 milliards de Francs, hors pétroliers producteurs, soit un taux d'exécution de 90,3%. Pour les recettes des pétroliers producteurs, elle a ensuite réalisé 169 milliards de Francs Congolais contre les assignations de 161 milliards, soit un taux d'exécution de 105%. Pour les recettes non fiscales, elle a pu réaliser, en 2017, un montant de 893 milliards de Francs Congolais sur des assignations de 958 milliards de Francs Congolais, soit un taux de 93,2%. Ce qui, pour lui, témoigne un grand travail abattu, sous l'impulsion de l'équipe dirigeante actuelle, par les cadres et agents de la DGRAD.

A cette occasion, il a profité pour dire qu'en cette année 2018, la DGRAD doit collecter 1.079 milliards de Francs congolais des recettes, hors pétroliers producteurs et de 164 milliards de Francs Congolais provenant des pétroliers producteurs. Ce qui fait un total des recettes non fiscales assignées de 1.243 milliards de Francs, soit une augmentation de 29% par rapport aux assignations de l'exercice 2017. Pour atteindre ces assignations, le Ministre Henri Yav a exigé le maintien d'une collaboration active et transparente avec les services d'assiette, ainsi que l'exploitation de toutes les opportunités offertes par les mesures relatives aux recettes non fiscales contenues dans la LOFIP.

«Le défi qui vous revient de relever à travers la réalisation des assignations fixées à votre régie financière appelle de chacune et de chacun, un effort d'abnégation et de dépassement de soi », a-t-il renchéri. Par ailleurs, il a souligné que cette conférence doit constituer un véritable cadre d'échange et de réflexion constructifs, devant aboutir à la conception des stratégies à même d'aider les participants à optimiser la mobilisation des recettes non fiscales. Et, de dire que : «ces travaux répondront aux attentes du Gouvernement, à savoir : la définition des stratégies adéquates de mobilisation des recettes, la production de mesures non fiscales supplémentaires à intégrer dans la Loi de Finances 2019 et la signature des actes d'engagement par des directions techniques, au regard de la répartition des assignations budgétaires 2018 ».

Pour Madame Maguy Sambi Kikutwe, Directeur Général de la DGRAD, cette conférence est organisée dans le but de répondre aux attentes du Gouvernement de la République, dans le cadre de la mobilisation accrue des ressources internes, pour lui doter des moyens de sa politique. Elle a souligné que contrairement à l'année 2017, les assignations de 2018 ont augmenté de 29% en dépit de la persistance de certaines pesanteurs qui affectent la capacité mobilisatrice de la DGRAD. A l'entendre, la réalisation de CDF 1.242,89 milliards, dans ce contexte actuellement caractérisé par les exigences de l'amélioration du climat des affaires et des investissements et de la réforme du système fiscal congolais constitue un réel défi à relever par la DGRAD.

Pour ce faire, les conférenciers sont appelés à poser un diagnostic sans complaisance des structures, des procédures et des méthodes de travail de la DGRAD pour identifier les différents goulots d'étranglements qui empêchent une mobilisation optimale des recettes non fiscales et d'y apporter des solutions idoines.

Pour relever ce défi, le numéro Un de la DGRAD a soutenu que la régie financière qu'elle dirige doit trouver des solutions adéquates aux problèmes endogènes qui ne permettent pas, directement ou indirectement, d'accomplir valablement sa mission d'ordonnancement et de recouvrement des recettes non-fiscales au profit du trésor public. Ce qui, selon elle, implique impérativement sa remise en cause objective afin d'améliorer ses méthodes de travail internes.

Christine Ngalula

Mot de Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances à l'occasion de l'ouverture de la conférence des Directeurs de la DGRAD

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux et Responsables des Services d'assiette ;

Madame le Directeur Général de la DGRAD ;

Messieurs les Directeurs Généraux adjoints de la DGRAD ;

Mesdames et messieurs les directeurs de la DGRAD ;

Mesdames et messieurs ;

Après avoir présidé il y a quelques jours l'ouverture du séminaire des directeurs des impôts, il me plait de procéder ce jour au lancement de la conférence des directeurs de la direction générale des recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participations, DGRAD, placée sous le thème "l'atteinte des assignations contenues dans la loi des finances 2018 : un défi à relever".

Je note avec satisfaction que le thème choisi pour ces assises résume en lui seul les attentes du Gouvernement vis-à-vis de la DGRAD.

Je ne doute pas que les conférenciers réunis ici auront à cœur d'élaborer les stratégies adaptées en vue d'assurer, en 2018 plus qu'en 2017, une plus grande mobilisation des recettes dont le Gouvernement a besoin pour continuer à améliorer, sous le leadership de son Excellence Joseph Kabila Kabange, Président de la République, Chef de l'Etat, les conditions de vie de la population.

C'est ici l'occasion pour moi de formuler, en réponse également à Madame le Directeur Général, mes vœux de grande réussite dans ce combat d'accroissement des recettes auxquels j'associe ceux de santé et de paix, à vous tous ici présents et à travers vous, à l'ensemble du personnel de la DGRAD.

Mesdames et Messieurs ;

Cette conférence offre au Ministère des Finances et à la DGRAD, l'opportunité d'évaluer les réalisations des recettes au cours de l'année 2017 et de projeter les actions à mener pour faire autant, si non plus, en 2018.

S'agissant des résultats obtenus en 2017, je note, en suivant le discours de Madame le Directeur Général, qu'en dépit des problèmes auxquels la DGRAD a fait face, cette régie financière a réalisé 724 Milliards de francs Congolais sur les prévisions de 802 Milliards de francs Congolais, hors pétroliers producteurs, soit un taux d'exécution de 90,3%.

Si on ajoute les recettes des pétroliers producteurs qui, elles, se sont élevées à 169 Milliards de Francs Congolais contre des assignations de 161 Milliards de francs Congolais, correspondant à un taux d'exécution de 105%, la DGRAD aura mobilisé, en tout, comme recettes non fiscales en 2017, 893 Milliards de Francs Congolais sur des assignations de 958 Milliards de Francs Congolais soit un taux d'exécution de 93,2%.

Comparés aux réalisations durant ces dernières années, les résultats ainsi obtenus l'année dernière sont un témoignage d'un grand travail abattu, sous l'impulsion de l'équipe dirigeante actuelle, par les cadres et agents de la DGRAD.

Tout en leur adressant mes félicitations et celles bien méritées du Gouvernement, je les exhorte à maintenir le cap en 2018 et à relever ainsi le défi de l'atteinte des assignations fixées.

Je peux, dans ce cadre, rassurer la direction de la DGRAD de mon accompagnement et de celui du Gouvernement dans la poursuite de ses efforts pour l'amélioration des conditions de travail du personnel.

Pour ce qui est de l'exercice 2018, il y a lieu de rappeler que la Loi de Finances de cette année a été élaborée, dans un contexte caractérisé, sur le plan économique et financier, d'une part, par la poursuite de la recherche de la stabilisation et de la relance de l'économie nationale, et d'autre part, par la restauration progressive des équilibres macroéconomiques, attestée par la décélération du rythme de dépréciation du taux de change du franc congolais et de l'inflation.

Par ailleurs, les prévisions des recettes à réaliser par la DGRAD ont été faites en tenant compte des recommandations, tant de la conférence sur l'amélioration du climat des affaires en RDC que du Forum national sur la réforme du système fiscal de notre pays.

Ces deux grandes rencontres économiques ont eu le mérite de jeter les jalons de conciliation entre les impératifs budgétaires d'accroissement des recettes publiques et les exigences d'assainissement de l'environnement économique pour favoriser l'investissement privé, source des richesses et d'emplois.

C'est dans la perspective de la mise en œuvre des résolutions issues de ces assises, particulièrement de celles formulées lors du Forum national sur la réforme du système fiscal, qu'il a été assigné à la DGRAD de collecter 1.079 Milliards de Francs Congolais des recettes, hors pétroliers producteurs et de 164 Milliards des Francs Congolais provenant des pétroliers producteurs ; ce qui fait un total des recettes non fiscales assigné de 1.243 Milliards de Francs Congolais, soit une augmentation de 29 % par rapport aux assignations de l'exercice 2017.

Il reste entendu que la réalisation de ces prévisions, qui constituent, je le rappelle, des minima, exige le maintien d'une collaboration active et transparente avec les services d'assiette ainsi que l'exploitation de toutes les opportunités offertes par les mesures relatives aux recettes non fiscales contenues dans la Loi de Finances.

Mesdames et Messieurs les Directeurs,

Comme vous pouvez bien vous en rendre compte, le défi qui nous revient de relever à travers la réalisation des assignations fixées à votre régie financière appelle de chacune et de chacun de vous un effort d'abnégation et de dépassement de soi.

Cette conférence doit donc constituer un véritable cadre d'échanges et de réflexion constructifs, devant aboutir à la conception des stratégies à même de vous aider à optimiser la mobilisation des recettes non fiscales en 2018.

Je demeure convaincu qu'au regard des compétences humaines dont regorge la DGRAD, ces assises répondront aux attentes du Gouvernement et qu'à leur issue, vous parviendrez, entre autres, à ;

-la définition de stratégies adéquates de mobilisation des recettes ;

-la proposition de mesures non fiscales supplémentaires à intégrer dans le Projet de Loi de Finances pour l'exercice 2019

-la signature des actes d'engagement par les directions techniques, au regard de la réapparition des assignations budgétaires 2018.

Le Gouvernement, à travers le Ministère des Finances, attend de vous la production d'un travail de qualité, qui devra privilégier le renforcement de la collaboration avec les services d'assiette.

Vous devez, durant les quatre jours où vous serez réunis, identifier les principales actions à mener en vue d'une plus grande mobilisation de recettes non fiscales afin d'atteindre les assignations contenues dans la Loi de Finances.

C'est sur cette exhortation que je souhaite, Mesdames et Messieurs de la DGRAD, plein succès à vos travaux et je déclare ouverte la conférence des Directeurs de la DGRAD pour l'exercice 2018.

Je vous remercie.

Mot de Mme le Directeur Général de la DGRAD à la cérémonie d'ouverture de la conférence des Directeurs de la DGRAD, Edition 2018 au Cercle Le Gourmand ce mercredi 7 mars 2018.

Excellence Monsieur le Ministre des Finances ;

Excellence Monsieur le Vice-ministre des Finances ;

Monsieur l'Inspecteur Général aux Finances - Chef de Service ;

Monsieur le Secrétaire Général aux Finances ;

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux et Autres Responsables des Services des Services d'Assiette ;

Messieurs les Directeurs Généraux des Douanes et Accises ainsi que des Impôts ;

Messieurs les Directeurs Généraux Adjoints de la DGRAD ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs de la DGRAD ;

Monsieur le Président de la Délégation Syndicale Nationale de la DGRAD ;

Distingués invités en vos titres et qualités respectifs ;

Mesdames et Messieurs.

A chaque occasion qui m'est offerte pour m'adresser en public, j'ai pris la bonne résolution de rendre grâce à Dieu Tout Puissant, Maître des temps et des circonstances, qui a rendu possible en ce jour l'organisation de ces assises, consacré au lancement des travaux de la Conférence des Directeurs de la DGRAD, sous le thème "L'atteinte des assignations contenues dans la Loi de Finances pour l'exercice 2018: Un défi à relever".

Je profite de cette occasion solennelle pour réitérer, au nom de l'ensemble du personnel de la DGRAD et celui de la Direction Générale, les vœux les meilleurs pour l'année 2018, à son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE, Président de la République, Chef de l'Etat, à qui je rends mes hommages les plus déférents. Puisse l'Eternel, notre Dieu le comble de toutes ses bénédictions.

Ces vœux s'adressent également au Gouvernement de la République, plus particulièrement, à son Excellence Monsieur le Ministre des Finances, pour leur appui aux réformes visant la modernisation de notre administration fiscale.

Excellence Monsieur le Ministre des Finances ;

Votre présence ce jour, dans ce cadre du Cercle "Le Gourmand", que je salue chaleureusement, témoigne de votre soutien réel aux actions de mobilisation des recettes non fiscales, et constitue un motif d'encouragement. Que Votre Autorité trouve ici l'expression de notre profonde gratitude.

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux et Responsables des Services d'Assiette,

Votre présence, pour la première fois à cette cérémonie d'ouverture de la conférence dédiée aux Directeurs de la DGRAD, est un signal fort de notre détermination à renforcer notre collaboration, dans le cadre de la mobilisation des recettes non fiscales. Etant donné que nous sommes condamnés à œuvrer ensemble pour l'intérêt du Trésor, il serait souhaitable, pour l'avenir, qu'au-delà des séances d'échanges entre experts de nos administrations respectives, qu'un cadre de concertation permanente soit mis en place, sous l'égide du Cabinet des Finances.

Je saisis cette occasion, pour remercier également les Directeurs Généraux des régies sœurs, et tous nos partenaires présents dans cette salle qui, en dépit de leurs multiples occupations, ont accepté de rehausser de leurs présences à cette cérémonie ; ce qui constitue une preuve éloquente de l'intérêt qu'ils attachent aux activités de la DGRAD.

Enfin, je souhaite la bienvenue à tous les participants, plus particulièrement à ceux venus des provinces pour prendre part active à cette conférence ; cadre propice pour la réflexion et les échanges, pour une mobilisation optimale des recettes non fiscales, au cours de l'année 2018. Je vous souhaite un séjour agréable à Kinshasa.

Excellence Monsieur le Ministre des Finances ; Distingués invités en vos titres et qualités respectives ; Mesdames et Messieurs.

Comme vous pouvez bien l'imaginer, cette conférence est organisée dans le but de répondre aux attentes du Gouvernement de la République, dans le cadre de la mobilisation accrue des ressources internes, pour lui doter des moyens de sa politique.

Elle tombe donc à point nommé, car la DGRAD, en collaboration avec les Services d'Assiettes, est appelée à réaliser les assignations budgétaires fixées dans la Loi de Finances de l'Exercice 2018 à CDF 1. 079,28 Milliards, en hors pétroliers producteurs, et de CDF 163,60 Milliards ; en pétroliers producteurs ; soit un total CDF 1. 242,89 Milliards.

Comparées à celles de l'exercice 2017, les assignations de 2018 ont connu une augmentation de 29%, en dépit de la persistance de certaines pesanteurs qui affectent la capacité mobilisatrice de la DGRAD.

Excellence Monsieur le Ministre des Finances ; Distingués invités en vos titres et qualités respectifs ; Mesdames et Messieurs.

Le niveau des recettes assignées à la DGRAD a déterminé le choix du thème de cette conférence. En effet, la réalisation de CDF 1.242,89 Milliards, dans le contexte qui est le notre actuellement caractérisé notamment par les exigences de l'amélioration du climat des affaires et des investissements ainsi que de la réforme du système fiscal congolais constitue un réel défi à relever par la DGRAD.

Pour ce faire, en dehors des facteurs exogènes connus par tous, les conférenciers sont appelés à poser un diagnostic sans complaisance des structures, des procédures et des méthodes de travail de la DGRAD pour identifier les différents goulots d'étranglements qui empêchent une mobilisation optimale des recettes non fiscales et d'y apporter des solutions idoines.

En effet, pour relever ce défi, la DGRAD elle-même est appelée à trouver des solutions adéquates aux problèmes endogènes qui ne les permet pas, directement ou indirectement, d'accomplir valablement sa mission d'ordonnancement et de recouvrement des recettes non fiscales au profit du Trésor public. Ce qui implique impérativement sa remise en cause objective afin d'améliorer ses méthodes de travail internes.

Mesdames et Messieurs ;

Cette conférence nous offre une occasion de vous présenter le bilan de l'exercice 2017 et de deux premiers mois de l'année en cours.

En effet, en termes des recettes, sur les prévisions de CDF 801,557 Milliards, la DGRAD a mobilisé en 2017, en hors pétroliers producteurs, CDF 724,011 Milliards, soit un taux d'exécution de 90,33%.

Les réalisations des recettes des pétroliers producteurs, quant à elles, ont atteint CDF 168,726 Milliards, contre CDF 160,549 Milliards, prévues, soit un taux d'exécution de 105,00%.

Ainsi, dans l'ensemble des recettes non fiscales, la DGRAD a réalisé CDF 892,737 Milliards, sur les assignations de CDF 957,857 Milliards, soit un taux d'exécution de 93,20%.

Comparées aux réalisations de 2016, qui se sont élevées à CDF 483,832 Milliards, le niveau des recettes mobilisées, en 2017, s'est accru de 84,51%.

Bénéficiant de la Grace de Dieu, le résultat obtenu par la DGRAD en 2017 est le fruit d'un effort collectif avec les services d'assiette et de l'appui, de son Excellence Monsieur Ministre des Finances, à qui, une fois de plus, nous renouvelons notre profonde gratitude.

L'effort fourni, en 2017, se poursuit cette année. Car, au cours de deux premiers mois de l'exercice 2018, la DGRAD a mobilisé les recettes totales de l'ordre de CDF 169,888 Milliards, soit un accroissement de 49,00%, alors que pour la même période, en 2017, le chiffre de CDF 103,282 Milliards avait été atteint.

Ainsi, comme vous pouvez le constater , vingt-deux ans après sa création, les résultats obtenus au fils des années par la DGRAD prouvent à suffisance que cette régie financière est résolument engagée dans la dynamique de la réalisation de mission , celle de canaliser les recettes de l'Etat vers le Trésor public .

En tout état de cause, la présentation de ce résultat en termes des recettes, au lieu de nous conduire à une autosatisfaction, par conséquent démobiliser les énergies, devra au contraire être révélateur de la pertinence de la raison d'être de ces assises.

Parlant du bilan de l'exercice 2017, il y lieu qu'au cours de cet exercice, certains problèmes majeurs qui, depuis la création de la DGRAD, constituaient des freins, non seulement à la mobilisation des recettes, mais aussi à l'amélioration des conditions de travail des agents, ont commencé à trouver progressivement des solutions durables, grâce à l'appui de son Excellence Monsieur le Ministre des Finances.

Je citerai, à titre d'exemple, le problème de mobilité des agents de la DGRAD qui, aujourd'hui, devrait influer positivement dans la mobilisation des recettes du Trésor public.

En effet, grâce au fonds d'investissement, la DGRAD s'est dotée notamment des :

Grand bus de transport de son personnel ;

Véhicules des fonctions des Directeurs Centraux et Urbains et bientôt, pour ceux des Provinces ;

Motos pour les agents recouvreurs de Directions provinciales.

Sur ce chapitre, je voudrais signaler que grâce à des partenaires bis et multilatéraux à travers le Comité d' Orientation de la Réforme des Finances Publiques (COREF) et du Comité Technique de Suivi de la réforme (CTR) ainsi que la direction Informatique du Ministère des Finances(DIMF), le problème de l'information de la DGRAD est entrain de trouver une solution.

En effet, avec la DIMF, la DGRAD vient de se doter, sur fonds propre, d'un logiciel de traitement des opérations des recettes intégrant :

Les modules de suivi des carnets des notes de perception ;

L'émission des notes de perception ;

Le suivi des restes à recouvrer ;

Les saisies des encaissements opérés auprès des différentes banques commerciales par des agents recouvreurs ;

La validation des apurements après nivellement à la Banque Centrale ;

Les états de différents reporting d gestion et de pilotage administratif.

Toutes ces opérations permettent d'alimenter la base des données des recettes de la DGRAD et de produire les différentes statistiques par secteur ou par imputation budgétaire des ordonnances et des recouvrements.

Cette première étape d'informatisation de la DGRAD est en plein déploiement au niveau de l'Administration Centrale et devra s'étendre au niveau des Directions Urbaines et Provinciales.

Cela constituera le socle sur lequel pourra se greffer les autres modules devant être pris en charge par les différents projets avec partenaires, afin d'asseoir la chaine de la recette non fiscale de la DGRAD.

L'intervention des partenaires dans ce domaine porte actuellement sur :

le paramétrage en cours des modules du logiciel SAP portant sur la gestion et la comptabilisation des recettes ;

l'interfaçage sur fibre optique des systèmes informatiques entre les régies financières et la Banque Centrale ;

le lancement du marché d'acquisition du logiciel intégrant les étapes de la constatation et de la liquidation exécutées par les Services d'Assiettes ;

l'interconnexion à 80% entre la Direction Générale de la DGRAD et les Directions Urbaines et Provinciales à travers un réseau autonome par VSAT ;

l'acquisition du logiciel de gestion des stocks d'imprimés de valeur et administratifs.

Dans le même ordre d'idées, je ne saurai passer sous silence l'effort fourni par la DGRAD pour réaliser au début de cette année, une formation en faveur de ses agents sur les procédures simplifiées du recouvrement et voies d'exécution telles qu'organisées par le droit OHADA afin de leur permettre de s'approprier ces mécanismes et de connaitre l'incidence de l'acte uniforme OHADA y relatif sur les procédures de recouvrement des recettes no fiscales.

Dans le cadre de la vulgarisation des textes légaux et règlementaires régissant la perception des droits, taxes et redevances encadrés par la DGRAD, celle-ci a fait publier un numéro spécial au Journal Officiel des textes coordonnés et mis à jour au premier novembre 2017.

L'édition 2018 de cet instrument de travail est en cours de finalisation.

Mesdames et messieurs les Conférenciers ;

Comme je l'ai dit ci-haut, le bilan de l'exercice 2017 est révélateur de la pertinence de la raison d'être de ces assises.

En effet, cette rencontre devra, à mon avis ; être perçues par chacun d'entre vous, comme un cadre de réflexion devant définir des stratégies susceptibles d'enclencher les mécanismes nécessaires à une mobilisation optimale des recettes prévues dans la loi de Finances de l'exercice 2018, afin de relever le défi.

Ainsi, les résultats attendus de cette conférence devront se traduire notamment par :

Un plan d'actions 2018, après évaluation du niveau d'exécution des recommandations de la dernière conférence des Directeurs tenue en mars 2016 ;

La définition des stratégies de mobilisation des recettes par la mise en place effective des mécanismes d'application des mesures contenues dans la loi de Finances 2018 ;

L'évaluation du niveau d'exécution des assignations 2017 et la définition des stratégies de mobilisation des recettes pour 2018 ;

La signature des actes d'engagement par les directions techniques, au regard de la répartition des assignations budgétaires 2018. A ce sujet, il y a lieu de prévenir qu'une évaluation mensuelle du niveau d'exécution desdits actes d'engagement soit faite, et des sanctions positives et/ ou négatives seront infligées, selon les cas ;

L'option à lever pour la mise en place effective de la Commission ad hoc devant se pencher finalement sur les problèmes administratifs des agents de la DGRAD, qui se posent avec acuité ;

La proposition des mesures des recettes non fiscales à intégrer dans le projet de Loi de Finance de l'exercice 219, qui devront être partagées avec les services d'assiette, en tenant compte des recommandations de la Conférence sur l'amélioration du climat des affaires et du Forum National sur la réforme du système fiscal en RDC.

Excellence Monsieur le Ministre des Finances ;

Distingués Invités ; en vos qualités respectives ;

Mesdames et messieurs,

Je ne saurai terminer cette adresse sans pourtant rappeler à tous les participants, Directeurs de la DGRAD, qu'au regard des attentes des Hautes Instances du pays, ils sont tous tenus par l'obligation du résultat.

Ainsi, nous sommes tous appelés à jeter les bases d'un travail efficient en 2018.

Je vous remercie pour votre attention.

Congo-Kinshasa

Machine à voter - Un collectif américain met en garde contre le piratage

Les machines à voter en République démocratique du Congo sont dans le viseur du collectif… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.