8 Mars 2018

Sénégal: Mamadou Lamine Faty - «Il va falloir poursuivre les appuis qui sont faits»

interview

Quelles sont les politiques que l'Etat pour améliorer la situation des personnes vivant avec un handicap, particulièrement pour les femmes ?

Il y a d'abord le Programme national de réadaptation à base communautaire et ensuite le Programme de la carte d'égalité des chances qui est conçu pour les personnes handicapées et les femmes aussi en bénéficient.

Pour le Programme national de réadaptation à base communautaire, c'est un large programme qui intervient sur plusieurs axes.

Il fait de l'appui scolaire (aussi bien pour les enfants handicapés de sexe féminin et de sexe masculin). Il y a aussi des appuis pour la formation professionnelle et pour les manifestations des personnes handicapées qui se font.

Par exemple, pour la célébration de la Journée mondiale de la femme du 8 mars, cette année, le Comité des femmes de la Fédération sénégalaise des personnes handicapées va recevoir un accompagnement du ministère de la Santé et de l'Action sociale.

C'est pour dire que les femmes handicapées sont prises en compte dans les appuis que l'Etat donne dans le cadre des manifestations socioculturelles.

Il y a également les soins où il n'y a pas de différenciation de sexe et la subvention annuelle. Chaque année, le Comité, par exemple des femmes, reçoit une subvention annuelle. Il y a des secours d'urgence. Pendant la tabaski, des appuis nutritionnels sont envoyés au niveau de chaque région.

Dans le Programme national de réadaptation à base communautaire, il y a aussi l'appareillage qui est un pan important de l'intervention pour la personne handicapée car elle a besoin de fauteuil roulant et d'aide technique, des prothèses auditives pour des femmes sourdes, des cannes anglaises (handicapés moteurs) et des cannes blanches (non voyants) ainsi qu'un appui aux albinos.

Le Programme national de réadaptation à base communautaire finance aussi des projets économiques des personnes handicapées, que ça soit à titre individuel comme à titre collectif.

Pour ce qui concerne l'appui au programme de la Carte d'égalité des chances, le ministère de la Santé et de l'Action sociale qui le supervise, a atteint l'objectif décliné qui était de produire 50 mille Cartes d'égalité de chances en fin 2017.

Aujourd'hui, on n'est à 50 mille six (50.006) cartes que nous avons obtenues à la date du 30 décembre 2017. Et, sur les 50.006 Cartes d'égalité des chances, 42,17% sont attribués à des femmes

C'est quoi la Carte d'égalité des chances ?

La Carte d'égalité des chances est un système de protection sociale. Elle facilite l'accès à des services sociaux de base comme les soins, l'appareillage, l'éducation, la formation, le système de transport, l'accès à l'emploi et aux financements.

Parmi les avantages de la carte d'égalité des chances, il y a aussi la bourse de sécurité familiale. Et, aujourd'hui, 25.926 personnes handicapées ont obtenu la bourse de sécurité familiale.

Le programme de la bourse cible les ménages les plus pauvres. 17.192 personnes handicapées dé- tentrices des cartes sont enrôlées dans les mutuelles de santé. En plus de cela, à la fin de l'année 2017, Dakar Dem Dikk a annoncé la gratuité du transport au niveau du ré- seau urbain.

Cette année, le Comité des femmes handicapées va mettre l'accent sur l'élaboration d'un plan d'actions à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la femme. La volonté politique existe. Il va falloir donc saluer ce qui a été fait et poursuivre les appuis qui sont faits en direction des personnes handicapées en l'occurrence les femmes.

Il existe plusieurs associations de personnes handicapées au Sénégal, quelle est la place de l'approche participative dans vos collaborations avec ces associations dans le cadre de vos travaux ?

Les personnes handicapées ont l'habitude de dire: «rien pour nous sans nous». Cela veut dire que dans tout ce que l'Etat fait en direction des personnes handicapées actuellement, on les consulte.

Que cela soit dans le format des réunions ou bien quand on initie une politique publique. En 2017, le ministère de la Santé et de l'Action sociale a appuyé 92 associations de personnes handicapées pour un montant de 43.500.000 F Cfa sous forme de subventions.

Cette année également, le ministère compte reconduire ce même schéma. Nous avons un contrat qui nous lie avec chaque association.

Nous travaillons ensemble. Il faut comprendre qu'aujourd'hui, les associations de personnes handicapées sont réunies autour de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées (Fsaph).

Les albinos sont regroupés autour d'une association et nous développons des axes avec eux. Les associations de sourds aussi. Et là, le ministère supervise un grand projet qui consiste à les aider à se regrouper autour d'une fédération.

Il y a un donc un partenariat de qualité entre le ministère de la Santé et de l'Action sociale et les associations de personnes handicapées.

Maintenant d'autres associations ne sont pas dans la Fsaph. Par exemple, les aveugles sont réunis autour d'une instance qu'on appelle la Convergence des aveugles pour l'unité, la solidarité et l'entraide (Cause) qui est une fédération autonome, avec qui nous travaillons autour d'un plan d'action.

Sénégal

Mondial 2018 - Macky Sall assistera à l'entrée en lice des Lions (présidence)

Le chef de l'Etat, Macky Salll, va assister mardi à Moscou, au premier match de l'équipe nationale de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.