11 Mars 2018

Burkina Faso: Réussir ensemble !

éditorial

Les Editions Sidwaya ont traversé le temps. Le média écrit de service public a vu passer des générations de journalistes et techniciens qui lui ont apporté forme et consistance, et surtout des lecteurs qui lui assurent révérence et pérennité.

Nous héritons donc d'un édifice chargé de symbole, construit pierre après pierre ; ce qui vaut à cet héritage, la préciosité que nous lui reconnaissons. Les devanciers lui ont laissé marques et remarques de toutes sortes, mais également le caractère et la place qui sont les siens dans le paysage médiatique burkinabè.

Comment ne pas saluer tant d'efforts d'hommes et de femmes qui, souvent, manœuvrant contre vents défavorables, ont su garder le cap pour nous le transmettre.

Porté à la tête de cette prestigieuse entreprise de presse lors du Conseil des ministres du 21 février 2018 et installé le 2 mars 2018, notre mission sera de renforcer les acquis engrangés et de rapprocher davantage les produits Sidwaya des lecteurs et du grand public.

Considérant en effet les avancées technologiques et les exigences d'une société démocratique, les Editions Sidwaya se trouvent confrontées à un nécessaire repositionnement dont la justesse et la célérité détermineront son envol. Il est des personnes qui ne s'offusquent guère de la ritournelle.

Elles ont, pour elles, l'aisance de poser les pieds sur des sentiers balisés, jugés moins périlleux puisque pratiqués par plusieurs. D'autres par contre, tentent le changement de paradigme, sinon débroussaillent et expérimentent de nouvelles méthodes.

Cette deuxième catégorie de battants, dans laquelle nous émargeons, peut, par moments, tomber. Mais, elle va toujours se relever, avec comme force, la détermination et la joie d'offrir des alternatives nouvelles.

Sur le chemin de l'essor se dressent différentes préoccupations dont la juste résolution réservera aux Editions Sidwaya un meilleur sort. Les plus prégnantes d'entre elles sont d'ordre logistique et administratif.

C'est d'abord le défi posé par le dispositif d'impression. L'imprimerie de Sidwaya qui, autrefois, constituait sa première source de revenus, tend à être son maillon faible de nos jours. Il est impératif de pallier les pannes récurrentes des équipements existants à travers un programme urgent de formation d'un personnel qualifié au sein de l'entreprise.

A moyen terme, l'acquisition de moyens d'impression plus performants va devenir une question de souveraineté nationale.

Au-delà de l'impression rapide des titres de Sidwaya et des autres journaux, de tels équipements pourront permettre d'éditer, dans de meilleures conditions, des documents officiels et des manuels scolaires et assurer, comme dans un passé récent, le tirage des sujets des concours de la Fonction publique...

Le problème de l'imprimerie ne se pose pas seulement en termes de procédures budgétaires et du sacro-saint principe « du service fait », qui empêchent Sidwaya de commander avec diligence des pièces de rechange en cas d'avarie, pour remettre sa presse en marche.

Il est tout aussi pertinent, nous semble-t-il, de considérer les engagements financiers vis-à-vis de nos prestataires habituels dont certains rongent les freins depuis 4 ans.

Las d'attendre le paiement de leur dû, ceux-ci nous ont tout simplement tournés le dos, nous laissant entre les mains de prestataires pas toujours exempts de tout reproche.

C'est l'une des nombreuses explications à la mauvaise qualité des intrants (papiers, encre... ) qui a parfois été dommageable à notre outil de travail.

Face à cette équation, loin d'être nouvelle, nous nous inscrivons dans le respect strict de nos engagements envers nos partenaires, afin de reconquérir ceux qui ont l'habitude de nous fournir des prestations exemplaires.

C'est ensuite, le défi de la construction du siège du journal. Dans la perspective d'offrir un cadre adéquat aux travailleurs des Editions Sidwaya ainsi qu'à la clientèle, il est nécessaire de quitter les locaux actuels pour un site plus accueillant.

Ce projet amorcé par la précédente équipe dirigeante, sera poursuivi et conduit à terme, avec l'acquisition en cours, d'un terrain de 10 mille m2 dans l'extension sud de Ouaga 2000, en zone SONATUR.

Enfin, le défi de la qualité des services. Dans cet univers concurrentiel, il importe pour Sidwaya, de proposer des services de qualité et surtout adaptés à sa clientèle : une nouvelle charte graphique alliant ergonomie et économie, des produits en phase avec la société actuelle, des contenus qui parlent aux lecteurs.

Dans cette perspective, nous allons nous attaquer à un autre défi celui de remettre l'ensemble des travailleurs à la tâche, partout où besoin sera.

Cela nécessitera plus d'engagement et de sacrifice. Cette flexibilité que nous appelons de tous nos vœux, facilitera, sans grandes turbulences, l'érection de l'entreprise de presse en société d'Etat.

Outre ces trois axes prioritaires, il y a d'autres chantiers non négligeables qui nous préoccuperont tout autant. Il s'agit de maintenir haut le flambeau du traitement équilibré de l'information par la mise à disposition d'un contenu rédactionnel varié.

Ce travail professionnel se poursuivra, en mieux, avec l'ouverture encore plus affirmée à toutes les sensibilités, à la diaspora, pour peu que leurs opinions, propositions et actions mettent en avant l'intérêt national et contribuent à la consolidation de la paix et du vivre-ensemble.

C'est aussi le cas de la distribution des titres Sidwaya sur l'ensemble du territoire national, voire au-delà. Nous comptons, en effet, faire du slogan « Le journal de tous les Burkinabè » une réalité.

Plus que n'importe quel journal, de par ses objectifs et sa nature, Sidwaya devrait être le journal burkinabè que l'on trouve partout et en tout temps sur l'étendue du territoire national. Cela passe nécessairement par la déconcentration de nos éditions.

Aussi, prévoyons-nous par exemple le tirage simultané à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso de l'édition du jour de Sidwaya, tout en œuvrant à l'étendre aussi à d'autres régions également.

Si Sidwaya est lu à Ouagadougou, il devrait pouvoir aussi l'être à Heremakono (frontière du Mali) ; si Sidwaya Sport et le mensuel Carrefour Africain sont distribués à Koudougou, ils devraient l'être également à Doropo (frontière de la Côte d'Ivoire), etc.

Par ailleurs, nous poursuivrons résolument la mise en œuvre du plan stratégique 2018- 2020 de l'Agence d'information du Burkina (AIB).

Faire face aux mutations profondes induites par le passage quasi obligatoire à la société d'Etat et aux avancées technologiques de la société de l'information est aussi un volet auquel nous tenons. Cela, avec une attention particulière que nous allons accorder aux indicateurs de performance sur la base desquels notre contrat d'objectif sera apprécié.

Toutes ces ambitions déclinées ci-dessus ne seront mises en œuvre qu'après des processus administratifs souvent longs, complexes et pas toujours en phase avec la célérité.

En tous les cas, nous savons pouvoir compter sur l'engagement et le soutien du personnel de la « Maison commune », de l'autorité de tutelle, du Conseil d'administration et des partenaires du journal en vue de leur aboutissement.

Somme toute, l'urgent, le nécessaire et le prioritaire nous interpellent tous à la fois. Nous veillerons à examiner chaque chose en son temps, tout en veillant à ne pas confondre les urgences et nos priorités.

C'est ensemble que nous réussirons ce nouveau départ vers des lendemains qui chantent.

Burkina Faso

L'activiste Naïm Touré est toujours en garde à vue

Au Burkina Faso, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré est toujours en garde à vue. Il devrait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.