9 Mars 2018

Les ministres africains du commerce adoptent des instruments juridiques pour établir la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)

Kigali — La cinquième réunion des ministres du commerce de l'Union africaine (AMOT) présidée par le Ministre du commerce et de l'investissement du Nigéria, l'Honorable Okechukwu Enelamah, s'est déroulée à Kigali du 8 au 9 mars, sous les auspices du Gouvernement rwandais. Le président du Rwanda préside actuellement l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine.

La réunion a adopté les instruments juridiques constituant la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), à savoir (a) l'Accord instituant la ZLECA (b) le Protocole sur le commerce des marchandises (c) le Protocole sur le commerce des services et (d) le Protocole sur les règles et les procédures pour le règlement des différends.

La réunion de l'AMOT a également adopté le programme de travail sur la mise en œuvre transitoire qui comprend un agenda incorporé pour la finalisation de certaines annexes du Protocole sur le commerce des marchandises et d'autres arrangements pour l'opérationnalisation de ladite Zone.

Ces instruments seront recommandés au Conseil exécutif de l'Union africaine pour adoption par l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement lors du Sommet extraordinaire qui se tiendra à Kigali les 20 et 21 mars pour signer les instruments juridiques et marquer la conclusion de la première phase des négociations de la ZLECA.

La réunion de l'AMOT a ensuite examiné et approuvé la Déclaration de Kigali pour le lancement de la Zone, qui sera transmise au Conseil exécutif de l'Union africaine et adoptée par l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement. C'est une déclaration qui réaffirme l'intégrité des négociations et l'engagement de tous les États membres de l'UA à procéder à la ratification des instruments juridiques.

Certains États membres ont manifesté un vif intérêt à voir le Secrétariat de la ZLECA qui supervisera la mise en œuvre des accords s'installer chez eux.

Commentant les résultats de la réunion de l'AMOT, David Luke, Coordinateur du Centre africain pour la politique commerciale qui a dirigé la délégation de la CEA, déclare : " On a prouvé aux sceptiques qu'ils avaient tort. La conclusion de la première phase des négociations de la ZLECA est remarquable. Un marché à l'échelle du continent est sur le point d'être ouvert pour faciliter le commerce et l'investissement, ce qui changera énormément le jeu. Il aura de profondes répercussions sur l'environnement commercial, le développement et la consolidation des chaînes d'approvisionnement et le potentiel. La ZLECA renforcera la cohérence des politiques dans les relations commerciales de l'Afrique avec ses partenaires internationaux ".

Lors d'une cérémonie spéciale au cours de la réunion de l'AMOT, le Commissaire au commerce et à l'industrie de l'UA, S. E. Albert Muchanga, a remis des certificats de reconnaissance au négociateur en chef et au suppléant de chaque État membre. " Les négociateurs ont bien servi l'Afrique, l'histoire ne les oubliera pas ", déclare le Commissaire Muchanga. Le Président du Forum sur les négociations commerciales, M. Chiedu Osakwe du Nigéria a également été cité dans une note spéciale d'appréciation.

La deuxième phase des négociations de la ZLECA, qui se concentrera sur l'investissement, la politique de la concurrence et les droits de propriété intellectuelle, devrait commencer plus tard dans l'année.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

Copyright © 2018 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.