12 Mars 2018

Burkina Faso: Réconciliation nationale - La Coder prône la «justice transitionnelle»

Après un trimestre passé à la tête de la Coder, Amadou Dabo vient de céder le relais à Amadou Traoré. Le président entrant entend placer son mandat de trois mois sous le signe de la sensibilisation.

Laquelle action s'effectuera aux dires de M. Traoré, « dans la continuité de la quête de la réconciliation nationale (... ) La sensibilisation telle que je l'envisage sera axée sur 3 entités sociales, les jeunes, les OSC et la presse».

Selon le nouveau président de la Coder, ces entités auxquelles il fait référence, animeront des panels ou conférences pour évoquer leurs rôles au sujet de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. Cependant, il confie vouloir solliciter « l'accompagnement de mes devanciers à la tête de la Coder pour atteindre ces objectifs ».

Outre ce passage de témoin, les membres de la Coder ont fait un exposé sur leur vision de la réconciliation nationale. Dite vision qui est contenue dans leur mémorandum transmis au président du Faso.

Selon Ablassé Ouédraogo, ce dispositif se veut être un canevas avec pour objectif de fournir leur contribution à la réflexion nationale. Ce faisant, et à en croire le président du Faso Autrement, il « vise à faciliter le processus de la réconciliation nationale ». Ainsi, à travers cette démarche, la Coder veut faire comprendre aux uns et aux autres que « la réconciliation nationale est l'affaire de tous et ensemble ».

Par ailleurs, pour y parvenir, les membres de la coalition restent unanimes que la justice s'impose, d'autant qu'elle fait corps avec la réconciliation. A propos de cette justice en question, Ablassé Ouédraogo et ses compagnons soutiennent que « la solution carrée des tribunaux ordinaires exclusivement chargés de prononcer des condamnations conduira la nation dans une autre impasse (... ) le Burkina Faso a besoin surtout de dialogue de vérité à l'issue duquel les sanctions qui peuvent être aussi bien positives que négatives seront appliquées et exécutées sans rancœurs ».

En clair, pour la Coder, la justice classique ne pourra pas régler tous les problèmes. C'est pourquoi, elle estime que la véritable réconciliation pourrait être possible grâce à la justice transitionnelle.

Burkina Faso

L'activiste Naïm Touré est toujours en garde à vue

Au Burkina Faso, l'activiste et lanceur d'alerte Naïm Touré est toujours en garde à vue. Il devrait… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.