12 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Violences faites aux femmes et aux filles - Vers la mise en place d'un projet de prévention

Un atelier réunit depuis le 12 mars à Brazzaville, différents partenaires en vue de réfléchir sur une politique permettant d'éradiquer les violences en milieu scolaire.

Les travaux se sont ouverts sous l'égide du conseiller chargé de la vie scolaire, de la prévention des violences scolaires et des relations avec les parents d'élèves et syndicats des élèves, Frédéric Menga, en présence de l'ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Todd Haskell, et de la directrice de l'association Azur développement, Sylvie Nyombo. Organisé par Azur développement en partenariat avec le ministère de l'Enseignement primaire et secondaire grâce à l'assistance financière du gouvernement américain, l'atelier regroupe près d'une centaine d'enseignants et de parties prenantes. Au menu : les différentes formes de violences faites aux femmes et aux enfants ; la vulgarisation des dispositions du cadre juridique de protection de l'enfance au Congo.

« C'est ici le lieu où les enseignants, l'association Azur développement associée au ministère de l'Enseignement primaire et secondaire vont pouvoir mettre en place une politique qui permettra tant soit peu l'éradication des violences en milieu scolaire. », a précisé le conseiller Frédéric Menga, dans son mot de circonstance.

« Selon les Nations unies, 70% de femmes sont confrontées à des violences à travers le monde. Ces violences sont principalement physiques, sexuelles, psychologiques et économiques. En ce qui concerne la fille, elle n'est pas épargnée de cette violence, notamment en milieu scolaire. », a déclaré, pour sa part, le diplomate américain, Todd Haskell, soulignant que les menaces explicites ou les actes de violence physique, les brimades, le harcèlement verbal ou sexuel, les attouchements non consentis, la coercition sexuelle, les agressions et le viol y sont souvent signalés.

Cet atelier est donc le centre de réflexion qui permettra aux participants de mener des actions visant à éradiquer les violences faites aux enfants dans le pays ; à identifier les filles et garçons victimes de violence dans les écoles ( violences psychologiques, physiques, sexuelles ou économiques) ; à les orienter vers les guichets uniques d'assistance aux femmes et enfants victimes de violence pour une prise en charge par les animatrices, les médecins, les psychologues, les juristes et les partenaires impliqués dans ce travail.

« Nous invitons également nos partenaires, les maires d'arrondissement, qui nous ont toujours accompagnés, de relayer le message auprès des responsables de quartier et de zone afin que les enfants victimes de violence soient assistés. », a déclaré la directrice de l'association Azur développement, Sylvie Nyombo.

Azur développement, rappelons-le, travaille depuis quelques années sur la prévention des violences faites aux femmes et aux enfants et la prise en charge des victimes de violence. La présente action est donc complémentaire à d'autres interventions menées par les organisations de la société civile et d'autres partenaires dans le pays, etc.

Congo-Brazzaville

Le Pool a besoin de matériel pour redémarrer l'activité agropastorale

Des humanitaires ont relancé lundi 18 juin la distribution de vivres aux populations du Pool grâce à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.