13 Mars 2018

Tunisie: Les jeunes médecins entre deux feux

«Cette manifestation est un événement majeur qui s'intègre dans le cadre d'un mouvement protestataire vital à la survie de ce bien commun précieux qu'est la santé publique. Aujourd'hui, nous allons renégocier et faire tout notre possible pour que cette réunion aboutisse à un véritable accord. Ce n'est pas maintenant qu'on va lâcher», nous a confié, hier, Jed Henchiri, président de l'Otjm.

Appel à changer de négociateur

Car, selon les jeunes médecins, il y a un blocage des négociations avec le ministère de la Santé concernant les autres points (hors statut) sur l'implication des étudiants dans les réformes, le service civil et l'égalité salariale.

Bien que le ministre ait manifesté son approbation pour le respect de l'égalité entre les citoyens dans les critères d'exemption pour le service civil et pour la révision du contrat des médecins étrangers dans le cadre de l'égalité salariale (à partir de 2019) et que tout ceci a été fixé par PV, lors de la signature ils se sont trouvés face à d'autres négociateurs, notamment le chef de cabinet du ministre. Lorsqu'ils ont entamé la négociation de l'exemption, celui-ci leur a dit que le ministère ne pouvait pas s'engager du moment que la chose relève de la compétence du ministère de la Défense alors que le service juridique a assuré que cela relève du ministère de la Santé qui émettrait une liste dans ce sens. Selon les jeunes médecins, la confusion s'est poursuivie jusqu'au point où le chef de cabinet refusa de signer le PV de la séance de négociation !

«Nous revendiquons la présence d'un bon négociateur qui maîtrise les aspects juridiques des revendications», estiment-ils.

Les doyens expriment leurs inquiétudes

Ce n'est pas le seul problème auquel doit faire face l'Otjm puisque la coalition semble s'effriter entre eux et les quatre doyens des facultés de médecine de Sfax, Sousse, Monastir et Tunis qui les soutenaient jusqu'à présent.

Ceux-ci ont d'ailleurs publié un communiqué où ils affichaient leur inquiétude sur la situation devenue très grave alors que les étudiants doivent penser à leurs cours, stages, examens, concours : "Dès la première réunion le 5 mars et en moins de deux heures de négociations, les doyens ont accepté toutes les demandes formulées par les étudiants concernant la réforme, dont particulièrement la séparation des diplômes. Le diplôme de docteur en médecine sera délivré après la soutenance publique de la thèse, et ce, afin de faciliter et d'activer le travail de la commission purement académique à laquelle sera confiée cette mission.

Les représentants de l'Otjm ont exigé un engagement de la part du président du gouvernement pour faire paraître le texte avant le début de l'année universitaire 2018/2019 et cette mission a été confiée au ministère de la Santé. Alors que tout évoluait favorablement, les représentants de l'Otjm ont soulevé de nouveau une révision des accords préalables concernant le service civil, demandant à ce que la vérification des critères d'exemption et les procédures inhérentes soient traitées par le ministère de la Santé et non par le ministère de la Défense.

Concernant ce point, le ministère de la Santé s'est engagé à assurer une médiation et un plaidoyer auprès du ministère de la Défense. «Les discussions étaient donc bloquées, alors que les demandes académiques ont été satisfaites. Ce blocage devient vraiment incompréhensible. La situation est devenue très grave, les étudiants ont des échéances importantes (cours, stages, examens, concours) qu'il devient difficile de rattraper. C'est là une responsabilité qui nous incombe à tous».

Vu sous cet angle, il est à craindre que les doyens pourraient être suivis par les membres de la commission ad hoc composée de représentants de l'Ordre des médecins, de l'Association tunisienne des jeunes médecins, des représentants des conseils scientifiques et du ministère de la Santé ainsi que des représentants de la commission de la Santé à l'ARP. Les jeunes médecins seraient alors seuls face à la tutelle et pourraient se trouver en position de grande faiblesse.

Tunisie

Mondial 2018 - Pas que des noms d'oiseaux !

Arabie Saoudite : Les Saoudiens en sont à leur deuxième Mondial. Ils ont été aux Etats-Unis… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.