6 Mars 2018

Sénégal: Les mariages précoces ont la peau dure dans le pays

Alors que l'Unicef vient d'annoncer un recul des mariages précoces dans le monde, cette pratique reste encore très présente dans la région de Kolda, dans le sud du Sénégal.

"Non, je ne suis pas pour la mariage précoce". "Moi je pense qu'aller à l'école et poursuivre les études sont une obligation particulièrement les femmes". "Moi je pense que la place de la femme, c'est d'abord son foyer". "Si elles peuvent allier les deux, études et mariages, c'est mieux".

Marier les jeunes filles tôt ou les laisser poursuivre les études ? Les sénégalais sont partagés sur la question. Dans la région de Kolda, dans le sud du Sénégal, les mariages précoces sont courants. Abdourahmane Diallo, est principal d'un collège rural, à Médina Cherif : "Le mariage précoce dans nos établissements, c'est vraiment un problème. En 2016, on a eu cinq cas de jeunes filles qui mariées par la force".

Demba Boiro, instituteur, avance les raisons de cette pratique qui persiste ici: "La plupart des familles sont démunies. Et si elles voient un prétendant, elles n'hésitent pas à donner leurs filles en mariage".

Sur le même sujet En République démocratique du Congo, les mariages précoces et forcés des mineures perdurent

Quant à Demba Sabaly, chauffeur et père de famille, il donne des raisons coutumières : "Chez nous, quand une jeune fille arrive en maturité et que quelqu'un la demande en mariage, on la donne. Rester à la maison et faire des enfants sans mari à côté de sa maman qui en fait aussi, c'est inacceptable pour nous".

"Une fille qui n'a pas fait les bancs ne sert à rien"

La famille Diamanka vit dans la périphérie de Kolda. Assy Diamanka, 18 ans, en classe de terminale, a déjà reçu six offres de mariages. Des offres qu'elle a rejetées. "Une fille qui n'a pas fait les bancs, je dis qu'elle ne sert à rien. Tu es seulement une femme au foyer. Ton mari va te prendre comme étant un objet. Tu restes à la maison, tu occupes les enfants. Tu ne comptes même pas", explique-t-elle.

Dans son combat, elle est soutenue par sa mère. Asmaou Niamadio, veuve illettrée sans emploi, est engagée sur la scolarité de sa fille unique : "Si j'avais fait les études, je ne serais pas dans cette situation. Sans éducation, on n'est rien. On nous utilise. J'ai constaté que ma fille aime les études. Je la soutiens afin qu'elle y trouve un avantage".

Dans les capitales régionales, les filles accèdent au lycée et à l'Université. Mais dans les zones rurales, quelques efforts restent encore à faire pour faire reculer la pratique et maintenir les filles à l'école.

Sénégal

Coupe du monde Russie 2018 - Le chef de l'Etat a quitté Dakar pour la Russie

Le chef de l'Etat, Macky Sall, a quitté Dakar, hier, pour la Russie où se déroule actuellement la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.