13 Mars 2018

Sénégal: Matam, Kanel, Podor et Ranerou - 245.000 personnes issues de 30.000 ménages menacées de faim

Les départements de Matam, Kanel, Ranérou et Podor sont à surveiller. Le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (CNSA), Jean Pierre Senghor, trouve que du fait du déficit pluviométrique, près de 30.000 ménages, soit 245.000 personnes, peuvent faire face à une insécurité alimentaire. Il était hier, jeudi 12 mars, à la rencontre d'analyse et d'identification des zones à risque et des populations vulnérables.

245.000 personnes, issues de 30.000 ménages, sont sous la menace d'une insécurité alimentaire au Nord du Sénégal. Jean Pierre Senghor, le Secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (CNSA), sonne l'alerte.

A l'en croire, selon la cartographie faite par le Conseil national de la sécurité alimentaire sur la vulnérabilité des ménages pour la période de soudure, les départements de Matam, Kanel, Ranérou et Podor (situés au Nord) sont à surveiller car, ils risquent d'être confronté à un déficit de vivres.

Jean Pierre Senghor qui a présidé hier, jeudi 12 mars, l'atelier d'identification et d'analyse des zones à risque et des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle, trouve que même si des données probantes ne sont pas encore établies, le déficit pluviométrique dans le Nord et l'absence de cultures de crues sur la vallée du fleuve Sénégal ont des impacts sur les populations de cette partie du pays.

Toutefois, il a tenu à préciser que les signaux ne sont pas encore au rouge. «Quand on est sur une échelle qui va de 1 à 5 et que 5 étant la situation de désespoir, on ne peut pas être au stade 1 et commencer à dire qu'il y a la famine dans le pays», a-t-il déclaré, relevant que les ménages ciblés sont estimés à 30.000, soit 245.000 personnes.

Pour Lena Savelli, la directrice et Représentante résidente du Programme alimentaire mondiale (PAM), on est déjà dans la période de soudure et de nombreux ménages ont commencé à en subir les effets.

Il convient, dès lors, d'agir rapidement car a-t-elle dit, «la situation risque de se détériorer dans les mois à venir. Et, ce sont les populations les plus vulnérables qui en souffriront».

Par ailleurs, Lela Savelli, a assuré qu'en collaboration avec la FAO et l'UNICEF, le PAM «est prêt à accompagner le gouvernement du Sénégal dans la mise en œuvre d'une réponse d'urgence notamment au Nord du pays afin de répondre aux besoins immédiats des plus vulnérables ainsi que les défis structurels à long terme».

A signaler que les différentes parties concernées par la réponse à l'insécurité alimentaire sont en conclave pour une durée de cinq jours à Dakar.

L'objectif est de classifier et de cartographier la nature et la sévérité de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle courantes (mars et mai 2018) et de mettre à jour la projection de la période de juin à août 2018.

Il s'agira aussi d'estimer les populations par phase de sévérité de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Cette rencontre sur la sécurité alimentaire se tient en présence des représentants résidents du PAM et de la FAO.

Sénégal

Les Sénégalais montrent un autre visage de l'Afrique

Les Sénégalais l'ont fait ! Deux participations à la Coupe du Monde, et deux victoires en match… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.