13 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Administration pénitentiaire - Les agents édifiés sur l'arrestation et détention des personnes

Un atelier de formation des agents de la Force publique et de la Maison d'arrêt de Pointe-Noire a été organisé, le 12 mars, par le Consortium panafricain des droits de l'Homme et de lutte contre la toxicomanie.

La formation a mobilisé une vingtaine de partcipants des directions départementales des Droits humains et des libertés fondamentales, de l'administration pénitentiare, de la Maison d'arrêt zone sud, de la police, du commandement de la Région de gendarmerie de Pointe-Noire/Kouilou, des représentants des ONG et associations de défense des droits et des libertés fondamentales de l'homme. Elle entre dans le cadre du projet Mandat, qui vise à contribuer au renforcement de l'État de droit en encourageant une diminution des détentions arbitraires et des actes de torture, de traitements cruels, inhumains et dégradants en République du Congo en général et dans le département de Pointe-Noire en particulier. L'Observatoire congolais des droits de l'homme et l'ONG française Agir ensemble pour les droits de l'homme, l'instrument de l'Union européenne chargé de la promotion de l'Etat de droit et de la démocratie, sont les partenaires techniques et financiers dudit projet.

Plusieurs exposés ont été faits sur entre autres thèmes : "Le contexte juridique international sur les droits des détenus", "Le cadre juridique national relatif à la détention des personnes", "Le guide pratique à l'usage du détenu". Des communications ont permis, selon les objectifs de l'atelier, de renforcer les capacités professionnelles des participants sur l'arrestation et la détention des personnes. Ils ont été informés afin de prendre connaissance de la loi contre la torture, les arrestations arbitraires, les traitements cruels, inhumains et dégradants des personnes. Les participants ont aussi été éclairés sur la nécessité de respecter la dignité humaine, même dans un régime de détention, par la mise en œuvre de la loi contre la torture.

Satisfaits de la formation reçue, ils ont pris l'engagement de traduire dans les faits les acquis de l'atelier. Aussi ont-ils souhaité que de pareilles formations soient organisées régulièrement tout en émettant le vœu que l'État améliore leurs conditions de travail dans les lieux de détention. Les agents ont également plaidé pour la mise en place d'un cadre de concertation entre la justice, la force publique, les administrations et les ONG œuvrant pour la défense des droits et libertés fondamentales de l'homme.

Congo-Brazzaville

Coopération - Le Congo souhaite un réajustement de l'aide de la Banque mondiale

Le gouvernement congolais veut convaincre son partenaire, afin que le financement disponible soit davantage… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.