14 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Santé publique - Des cas de malnutrition aigüe signalés à Kombé

Selon des statistiques du Centre de santé communautaire du quartier, dans le 8e arrondissement de Brazzaville, Madibou, en deux jours, le taux de la maladie chez les enfants de six mois à cinq ans est d'environ 10% , alors que la norme nationale est à 7% .

L'informations a été donnée le 13 mars, lors d'une visite de presse organisée par l'ambassade du Japon, en partenariat avec l'Unicef. « Nous sommes en pleine campagne de dépistage des cas de malnutrition dans ce quartier. Cela a commencé hier et se poursuit, nous sommes déjà à près de deux cent cinquante enfants depuis hier et nous sommes à une prévalence déjà de malnutrition de l'ordre de 10,06% alors que le taux national est autour de 7%. Il y a un réel problème, il faut bien des appuis pour que nous dépistions ces enfants en vue de les prendre en charge. », a annoncé le médecin nutritionniste et urgentiste, le Dr Alain Bikindou.

En effet, étant donné que la malnutrition est un problème de santé publique, après le dépiste, les enfants seront pris en charge pour éviter qu'ils puissent arriver à l'étape de la malnutrition sévère.

Le Centre de santé communautaire de Kombé, un don du gouvernement japonais

Inauguré en 2016, le Centre de santé communautaire de Kombé a été construit grâce au financement du Japon, dans le cadre de l'aide non-remboursable des petits projets locaux contribuant à la sécurité alimentaire. Les 116 261 dollars du Japon ont servi à la construction et à l'équipement du centre. « La structure fonctionne selon un modèle tiré du partenariat public-privé, parce qu'il s'agit d'un centre privé à but non lucratif. Dans le fonctionnement de ce centre, nous avons des agents de l'Etat affectés par le district sanitaire de Madibou et des contractuels que nous avons recrutés pour renforcer le personnel existant. L'appui de Médecin d'Afrique permet une bonne gestion du centre et un fonctionnement correct.», a expliqué le représentant de Médecin d'Afrique au Congo, le Dr Davy René Louvouezo.

Interrogé sur les difficultés rencontrées, il a cité le manque du mur de clôture et l'aménagement du site. Le représentant de Médecin d'Afrique a, par ailleurs, félicité l'ambassade du Japon qui a doté ce quartier de Brazzaville d'un centre de santé. C'est ainsi qu'il a sollicité du Japon un accompagnement dans le domaine de l'éducation et d'autres services sociaux de base.

Pour s'assurer du bon fonctionnement de cette structure, des réunions de congestion sont organisées chaque mois entre le personnel, Médecin d'Afrique, le district sanitaire et le comité de santé. Une action encouragée par les bénéficiaires. « Nous en avions vraiment besoin, c'est une bonne chose. La population félicite l'activité qui se mène ici. Merci au gouvernement du Japon, parce que ce n'est pas donné à tout le monde et ce n'est pas tout le monde qui rend service aux autres. Avec cette population que nous avons, ce centre nous rend un grand service, c'est l'unique que nous disposons dans le quartier. Avant ,pour se rendre à un centre de santé, il fallait parcourir autant de kilomètres. », s'est réjouie la cheffe du quartier 809 Kombé, Jocelyne Makossi.

Notons que la délégation japonaise, conduite par la 2e secrétaire de l'ambassade de ce pays, Kumiko Kobayashi, a, entre autres, visité le service de surveillance nutritionnelle, le laboratoire, la pharmacie, la salle d'accouchement et de consultation de ce centre.

Congo-Brazzaville

L'opposition toujours ...

Nul ne saurait regretter que l'opposition congolaise s'organise enfin dans un ensemble solide, cohérent,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.