14 Mars 2018

Tunisie: Entre amertume et espoir, le cœur balance

Rêve d'enfance ou simple souhait de se lancer dans ce domaine réputé, Houssem Hammami, natif de Sfax, ayant décroché brillamment son baccalauréat, a opté pour des études en médecine à Tunis.

Pour lui, ce métier conservera toujours sa grandeur et sa noblesse, mais la réalité des choses le rattrape rapidement, car on le sait tous, l'image et la situation du médecin tunisien ne cessent de se dégrader au sein de la société. Il est, en effet, tantôt accusé d'évasion fiscale, tantôt pointé du doigt pour des erreurs professionnelles fatales.

Pourtant, ce futur médecin garde toujours l'espoir, considérant que les médecins tunisiens resteront une référence à l'échelle internationale, leur exode massif vers l'Europe et vers d'autres puissances mondiales en témoigne.

Il déplore quand même un manque d'équipements, de moyens et de techniques dans le secteur médical tunisien, ce qui justifie cette émigration sans précédent qui a secoué le corps des médecins.

«Ce que je regrette vraiment, c'est l'état de la médecine de première ligne en Tunisie, où on peut relever d'énormes défaillances, des patients dont l'état n'est pas urgent recourent directement aux urgences de nos hôpitaux, ce qui rend la situation plus difficile», a-t-il expliqué.

En marge de cette manifestation d'envergure qui réclame notamment le maintien du diplôme national de docteur en médecine, ce jeune n'a pas caché son mécontentement quant aux décisions ministérielles, car, comme il l'explique, il n'est pas concevable qu'un étudiant en médecine n'obtienne son diplôme qu'après dix ans d'études, et ce, suite à une réforme ayant fusionné le diplôme de docteur en médecine et le diplôme de spécialité. Pour ce jeune, ce n'est qu'un droit évident, pas au point de devenir une revendication.

Le regard vif, le sourire toujours affiché, ce jeune Tunisien n'a pas perdu son attention, malgré les cris assourdissants de ces jeunes médecins, dont la colère est à son apogée, venus nombreux pour mettre fin à ce qu'ils ont appelé «un scandale».

Il commence à s'habituer à ce genre de rassemblements ; encore mieux, il est devenu l'une des figures de la lutte des jeunes médecins tunisiens grâce à ce drapeau de la Tunisie. «Ce n'est qu'un message pour dire que le médecin est un citoyen intègre œuvrant pour le bien de son pays», assure-t-il.

Quitter la Tunisie n'est pas à son ordre du jour, et si l'opportunité se présente, il la saisira rien que pour perfectionner ses connaissances et ses savoirs techniques, en vue de les exploiter ultérieurement au profit de sa patrie.

Aujourd'hui, Houssem continue sa lutte en compagnie de ses «camarades», tout en gardant l'espoir de voir tous ces problèmes résolus et de voir l'image et la situation du médecin tunisien rétablies.

Tunisie

L'Islande, source d'inspiration

Avant-hier, les passionnés du ballon rond ont découvert un petit pays, l'Islande, peuplé de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.