14 Mars 2018

Congo-Kinshasa: La MONUSCO forme des femmes vulnérables en droits humains

communiqué de presse

Kalemie, le 12 mars 2018 - Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux droits de l'Homme (BCNUDH)/Kalemie a organisé les 09 et 10 mars 2018, deux ateliers de sensibilisation au profit des personnes en situation de vulnérabilité, sur les droits politiques et libertés publiques en période électorale.

Il s'agit de plusieurs catégories de personnes vulnérables, dont les personnes vivant avec handicap, les personnes vivant avec albinisme, les professionnelles du sexe, les sourds-muets, les étudiantes de certaines institutions supérieures spécialisées et les femmes vendeuses aux marchés.

Le premier atelier a réuni 50 participants, dont 49 femmes, autour de cinq modules :

l'introduction générale aux droits de l'homme ;

les droits politiques de la femme ;

la notion de libertés publiques ;

l'élection et ;

les droits de la personne arrêtée.

Les intervenants ont été, tour à tour, les membres du BCNUDH de Kalemie, de la CENI et de la Section Appuis à la Justice de la MONUSCO.

Le deuxième atelier, qui a concerné essentiellement les personnes vivant avec handicap et albinisme, a connu la participation de 48 personnes, dont 23 femmes. Une documentation appropriée a été remise à chacun des participants qui ont, entre autres, recommandé la multiplication des séances de sensibilisation et formation à leur intention avec promesse de faire restitution à leurs paires.

Salimata Traoré du BCNUDH explique ainsi le choix spécifique de ce groupe de femmes : «Nous avons ciblé les femmes. On a détaché ces femmes des autres catégories de vulnérables pour les encourager à être là où se prennent les grandes décisions».

«Ces personnes sont pour nous, les femmes, les jeunes, les personnes vivant avec handicap, les personnes atteintes de l'albinisme, les minorités ethniques, parce que nous avons constaté que, pendant les processus électoraux, que ce soit ici ou à travers le monde, cette catégorie de la population participe très peu au processus électoral», a-t-elle ajouté.

Elle a souligné, entre autres, que pour qu'un processus électoral soit inclusif, il est essentiel que les femmes soient d'abord sensibilisées, car souvent, elles ne connaissent pas leurs droits.

«Même si elles les connaissent, il y a aussi des obstacles qui font qu'elles n'arrivent pas à accéder aux droits comme c'est prescrit dans les textes au niveau international et national», a également déclaré Salimata Traoré, tout en reliant cette sensibilisation à la célébration de la Journée internationale des droits des femmes.

C'est la première fois que les femmes vulnérables de Kalemie bénéficient d'une telle sensibilisation. Elles ont émis le vœu d'être associées à d'autres formations du genre.

Congo-Kinshasa

Machine à voter - Un collectif américain met en garde contre le piratage

Les machines à voter en République démocratique du Congo sont dans le viseur du collectif… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.