15 Mars 2018

Tchad: Accord pour une levée de la grève

Après sept semaines de conflit et de longues heures de négociation, le gouvernement et les syndicats sont parvenus à la signature d'un accord tard dans la nuit. Mais cela ne met pas forcement fin aux revendications.

C'est après plus de sept heures d'intenses négociations que les deux parties sont parvenues à la signature de cet accord, dans la nuit de mercredi (14.03) à jeudi (15.03), sous les auspices du chef de l'Etat Idriss Deby Itno qui en est le garant.

L'accord comprend dix points, dont le paiement des salaires de février à tous les fonctionnaires et l'application d'un moratoire de trois mois pour les prêts contractés par les agents de l'État auprès des établissements bancaires.

De leur côté les syndicats ont accepté de suspendre la grève générale entamée fin janvier et de reprendre le travail une fois le paiement effectué.

Un combat gagné selon les syndicalistes

Michel Barka, président de la plateforme syndicale revendicative, s'est félicité des concessions obtenues.

"Le gouvernement qui avait pris l'engagement de refuser de payer les salaires est revenu sur sa décision, y compris pour ceux dont les salaires n'ont pas été payés en février", a-t-il déclaré au sortir des négociations.

Parmi les autres concessions, le syndicaliste salue également la suspension du recensement biométrique des agents de l'Etat, lancé le 12 mars, ainsi que le "moratoire jusqu'au mois d'avril au niveau des banques pour qu'on ne touche pas aux salaires des agents de l'Etat".

Mais la chose la plus importante, selon lui, est que "le gouvernement s'engage à rembourser ce qu'il a coupé. Cela veut dire que de bout en bout, le gouvernement reconnaît que l'application du décret 687 n'est pas correcte. Donc nous nous sommes en négociations et nous espérons avoir gagné ce qu'il faut pour que nos adhérents puissent reprendre le travail."

Un "grand cadeau" à la population tchadienne

Pour le ministre tchadien de la Fonction publique, du Travail et de l'Emploi, Mahamat Moctar Ali, un grand défi vient d'être relevé. "Je suis rassuré aur le fait qu'aujourd'hui toutes les centrales syndicales sont unanimes pour arriver à cet accord. On doit vous féliciter pour cet acte de bravoure. Dès la sortie de cette salle, cet accord sera mis en œuvre et les salaires des fonctionnaires seront automatiquement payés."

Le ministre a également tenu à rassurer les contestataires: "Je suis à votre disposition pour l'application intégrale de cet accord qui vient d'être signé. Nous pensons que c'est un grand cadeau qu'on a apporté à l'ensemble la population tchadienne qui attend cet événement."

Dès l'annonce de la signature de l'accord, les commentaires se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Certains internautes estiment que les syndicalistes ont été "roulés dans la farine" par le gouvernement. Car cet accord ne met pas fin à la question de l'abattement des salaires, à l'origine de la grève sèche illimitée.

Tchad

Les évêques exigent un référendum sur la révision de la Constitution

La conférence épiscopale a exprimé le 19 avril, à N'Djamena, ses inquiétudes face… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.