19 Mars 2018

Burkina Faso: Eddie Komboigo, président du CDP - « Le remède à l'insécurité, c'est de voter pour nous en 2020 »

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a tenu, le vendredi 16 mars 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse afin de « souligner l'unité retrouvée et l'engagement à réussir le congrès ordinaire du parti » qui se tiendra les 5 et 6 mai prochains à Ouagadougou.

« L'unité », un mot qui semble être cher aux yeux de l'actuel président du CDP, Eddie Komboïgo, vu la récurrence du terme dans la déclaration liminaire du 16 mars dernier.

«L'unité est le mot d'ordre de toutes les actions que nous allons entreprendre, car nous venons de loin », s'exclame-t-il tout en lançant un appel au retour aux militants « qui sommeillent encore, qui ont été déçus ou qui ont quitté ; les portes du CDP sont ouvertes ».

S'attaquant à la gouvernance actuelle, le président de l'ancien parti au pouvoir a déclaré qu'elle « semble être conduite sans objectif ni but, détruisant et anéantissant les secteurs sensibles de l'économie, aggravant ainsi le fossé des différences sociales ».

Il n'a pas manqué de relever que depuis le départ du CDP du pouvoir, « les populations ont un mal de vivre qui est manifeste dans toutes les couches de la société ».

Pour le CDP, les gouvernants actuels « exhibent les résultats de la politique saine et courageuse du CDP il y a plus de quatre (4) ans, dont les programmes sont en cours et qui constituent le socle de leurs activités visibles actuellement.

« Le CDP a de la ressource pour revenir au pouvoir et résoudre durablement les problèmes quotidiens des populations. Le CDP reste un mégaparti», a affirmé Eddie Komboïgo.

Au cours de la conférence de presse, la question sécuritaire a été abordée. Le CDP est-il comptable de la situation actuelle ?

A ce sujet, Eddie Komboïgo a déclaré que « la question n'est pas de dire qui est à la base de quoi ». Pour lui, la sécurité, « c'est un problème de tous ». Mais, a-t-il souligné, « le remède à l'insécurité, c'est de voter le CDP en 2020 ».

« Notre détermination est forte pour que la sécurité revienne au Burkina Faso », poursuit-il. Pour l'heure, a-t-il estimé, « il appartient à ceux qui gouvernent ce pays de prendre les dispositions nécessaires pour que notre congrès puisse se passer dans les règles de l'art ».

Pour ce qui est du procès du putsch manqué de 2015, le Président du CDP a renouvelé sa solidarité militante à tous les « camarades injustement accusés ».

« Notre conviction est qu'ils seront tous acquittés, car aucun militant du CDP ne pense acquérir le pouvoir autrement que par la voie démocratique, celle des urnes ».

La conférence de presse du 16 mars dernier a été l'occasion pour le président de souligner que « le CDP, c'est l'unité en marche vers les prochaines consultations électorales. Une unité que les premiers responsables du parti ont réalisée afin que la direction du CDP soit restaurée dans sa plénitude ».

Rappelons que le mandat de Eddie Komboïgo prend fin en mai 2018. A la fin du congrès ordinaire des 5 et 6 mai prochains, le parti renouvellera ses instances dirigeantes.

Par ailleurs, le CDP a rendu hommage « aux combattants disparus » lors de la double attaque du 2 mars dernier. Il a exprimé sa compassion à toutes les familles endeuillées et souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés.

Burkina Faso

6 personnes dont 5 femmes ont perdu la vie dans une bousculade

6 personnes dont 5 femmes ont perdu la vie dans une bousculade, dans la nuit du vendredi au samedi 21 avril 2018 au… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.