20 Mars 2018

Sénégal: Yatma Dieye - «Tous les biens appartenant à autrui et devant etre démolis sont compensés»

Suite à la requête de Sud Quotidien, adressée à l'Agence de promotion des investissements et de grands travaux (APIX) pour recueillir sa version sur les récriminations de La collectivité des jardiniers de Hann et de Mbao, le Directeur de l'Environnement et de la Libération des emprises (DELE), de la Direction du projet TER, apporte des précisions.

Selon Yatma Dièye, «tous les biens appartenant à autrui et devant être démolis sont compensés.» Mieux, pour ce qui est des espaces verts et des plantations, Yatma Dièye informe que «les arbres sont compensés en considérant... le prix de l'arbre, le coût de transport et de la plantation ainsi que l'entretien et le suivi (eau, engrais ou compost, produits phytosanitaires... )»

«Toutes les pertes liées au projet sont compensées, qu'il s'agisse d'espaces à usage d'habitation, de commerce, de culte, d'agrément, etc. Un recensement est effectué sur tout le tracé, les propriétaires des biens impactés identifiés et les pertes compensées. Les arbres sont compensés en considérant autant que possible leur valeur économique qui prend en compte, entre autres, le prix de l'arbre, le coût de transport et de la plantation ainsi que l'entretien et le suivi (eau, engrais ou compost, produits phytosanitaires... ).

Les pertes agricoles sont aussi prises en charge. Exemple: *Un cocotier non productif est payé 30.000 F CFA le pied. *S'il est productif, c'est 50.000 F CFA le pied. S'ajoute à cette compensation, la perte de la production qui prend en compte le rendement de l'arbre (150 kg dans cet exemple) rapporté au prix du marché (510 F CFA) sur le nombre d'années de production de l'arbre (4 ans pour le cocotier), ce qui donne 306.000 F CFA.

Au total, le cocotier productif est rémunéré 356.000 F CFA. Pour les pertes de revenus agricoles, chaque spéculation est rémunérée sur la base du prix moyen du marché tel que défini par l'ANSD (l'Agence nationale de la statistique et de la démographie).

Les exploitants agricoles reçoivent de plus une aide pour la préparation de nouvelles terres. Il s'agit d'un montant de 150.000 F CFA par hectare. Pour les jardiniers occupant la voie publique à titre précaire et vendant habituellement des pots de fleurs et des plants divers, étant donné que leur bien n'est pas détruit, mais qu'ils doivent juste se déplacer de l'emprise, ils reçoivent une aide au déplacement.

En conclusion, tous les biens appartenant à autrui et devant être démolis sont compensés. Si d'aventure, un propriétaire se retrouvait dans une situation où la perte des biens ne serait pas prise en charge, merci de lui demander de se rapprocher de l'APIX pour que sa situation soit traitée conformément aux pratiques en vigueur dans le Projet de Train Express Régional.»

Sénégal

Dakar capitale mondiale des Pilotes Maritimes

Dakar accueille à partir de ce lundi 23 Avril, le 24éme  congrès de l’Association… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.