20 Mars 2018

Burkina Faso: Troubles du sommeil - Les 10 commandements pour un bon dodo

Le troisième vendredi du mois de mars, est célébrée la Journée internationale du sommeil. A cette occasion, la Société de neurologie du Burkina (SONEB) a organisé une semaine de sensibilisation aux troubles du sommeil, encore méconnus au Burkina.

Pourtant, nombreux sont ceux qui se plaignent de ne pouvoir dormir la nuit, de dormir beaucoup ou d'être agités pendant le sommeil, sans pour autant chercher à en parler à un médecin. L'ensemble de ces troubles et les facteurs y associés ont fait l'objet d'un dépistage le jeudi 15 mars à l'Office de santé des travailleurs (OST) par la SONEB, qui a, par ailleurs, donné 10 règles à observer pour bien dormir.

Secrétaire de rédaction à votre journal, L'Observateur paalga, Hamidou Ouédraogo, depuis 3 ans, ne peut trouver le sommeil avant 2h du matin et cela, même quand il est en congé. Chose qu'il a trouvée anormale, ce qui l'a amené à se présenter le 15 mars, tout comme d'autres personnes, à la campagne de dépistage des troubles du sommeil organisée par la Société de neurologie du Burkina (SONEB).

«Je trouve que mon horloge biologique est modifiée. Ceux qui connaissent le travail de secrétaire de rédaction savent qu'on sait quand on commence mais pas quand on va finir. Parfois, c'est à minuit ou 1h du matin que je quitte le journal, et le temps d'arriver à la maison, de me doucher et de dîner, c'est vers 2h du matin que je me couche.

Et même les jours où je ne travaille pas, il faut que j'atteigne cette heure avant de pouvoir m'endormir. C'est pourquoi je suis venu ce matin me faire dépister. J'ai eu des conseils pour avoir un bon sommeil et on m'a demandé de faire des examens plus approfondis», a confié l'un des SR de l'Obs., l'air satisfait.

Conscient des répercussions d'une mauvaise nuit sur son quotidien, à savoir une humeur de chien, l'irritabilité et les troubles de mémoire, qui jouent forcément sur le rendement professionnel, Hamidou Ouédraogo a invité les agents de santé à accentuer la sensibilisation à la Journée internationale du sommeil, car, a-t-il relevé, au Burkina, c'est très souvent sur des médias internationaux qu'on entend parler de troubles du sommeil, et la majeure partie de la population ne sait pas que c'est un problème de santé.

Un véritable problème de santé publique, dira le Pr Jean Kaboré, médecin neurologue à l'hôpital Yalgado. Cependant, les troubles du sommeil restent mal identifiés, avec moins de 20% des individus correctement diagnostiqués et traités. A en croire les spécialistes, au Burkina Faso, la prise en charge des pathologies du sommeil demeure très embryonnaire par manque de plateau technique et ce, malgré un personnel médical qualifié.

A mauvaise nuit, humeur de chien

Selon le Pr Kaboré, il est difficile de définir le sommeil. C'est un processus qu'on continue d'explorer parce qu'on n'en comprend pas tous les aboutissants. « Nous savons seulement que quand on passe une nuit sans la quantité et la qualité de sommeil nécessaires, on est irritable, moins performant et de mauvaise humeur. Donc le sommeil a une certaine fonction de récupération et de régulation de notre comportement, de notre bien-être», a-t-il indiqué.

On parle de troubles quand le sommeil ne remplit pas toutes ses fonctions du fait de certains événements ou situations. «Le sommeil doit permettre de réparer les états de fatigue de la veille. En principe, quand on a passé une bonne nuit de sommeil, on se réveille bien, dans tous les sens du mot, frais et disposé à affronter la journée », a-t-il souligné.

Les troubles du sommeil regroupent ainsi les événements ou les situations qui n'ont pas permis un bon sommeil : il s'agit, entre autres, du fait de passer tout le temps à se lever, soit pour boire de l'eau ou pour se soulager, de parler pendant son sommeil, des terreurs nocturnes (notamment chez les enfants, dues à des problèmes éducatifs ou à des troubles psychiques), des cauchemars, des crampes (chez certaines personnes qui sont obligées de se lever la nuit marcher pour se dégourdir les jambes avant de se recoucher), du somnambulisme (qui consiste pour certains, au cours du sommeil, à se lever faire quelque chose puis revenir se coucher sans s'en souvenir le lendemain) ; des anomalies de l'éveil (s'endormir pendant une activité), de grincer les dents, des difficultés respiratoires, des apnées du sommeil (la respiration peut se couper pendant 20 à 30 secondes), du ronflement.

L'ensemble de ces perturbations, si elles durent un mois, doivent faire l'objet de consultation. Foi du Pr Kaboré, en effet, les troubles du sommeil sont à l'origine, entre autres, d'une baisse de performance, de maladies (l'hypertension artérielle) et de morts évitables (par exemple un conducteur qui conduit en dormant). « Tout comme il y a une hygiène générale du corps, il y a une hygiène du sommeil. Pour cela, il faut connaître et appliquer les règles édictées par la Société mondiale du sommeil (voir encadré)», a-t-il conseillé. Et de conclure : bien dormir fait partie de bien vivre.

Burkina Faso

La jeunesse manque d'emplois décents selon une enquête de l'ODJ

Cette étude selon les conférenciers répond à deux objectifs. Le premier d'ordre… Plus »

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.