21 Mars 2018

Burkina Faso: Hommage à Jean - Baptiste Natama - Le président du Faso salue la mémoire d'un patriote

Plusieurs personnalités, au rang desquelles le chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, ont rendu un ultime hommage à Jean-Baptiste Natama, à son domicile à Ouagadougou, dans la soirée du mercredi 21 mars 2018.

Décédé le dimanche 18 mars 2018, Jean-Baptiste Natama sera inhumé ce jeudi après-midi au cimetière municipal de Gounghin, à Ouagadougou. Bien avant cet acte, un dernier hommage lui a été rendu à son domicile, hier mercredi 21 mars.

Autorités politiques, administratives, militaires et paramilitaires, coutumières et religieuses, proches, amis et parents, sont venus s'incliner devant sa dépouille dans une atmosphère empreinte de recueillement. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s'est déplacé pour rendre hommage à un compatriote qui aura servi son pays et l'Afrique.

Après s'être recueilli sur le cercueil du défunt, il a signé le livre de condoléances avant de se confier à la presse. « Je retiens de lui quelqu'un qui a toujours eu beaucoup d'engagement et de professionnalisme dans son travail. Il a toujours bénéficié d'une appréciation positive de ses supérieurs.

Jean-Baptiste Natama a été un officier de l'armée qui a également occupé des postes de responsabilités sur le plan administratif », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré. L'illustre disparu, à l'entendre, est un patriote qui s'est donné pour son pays et la nation lui sera toujours reconnaissante.

Le chef de l'Etat a salué également l'engagement politique de M. Natama. « En tant qu'homme politique, il a assumé ses convictions et il s'est battu pour elles. Il avait l'avantage de ne pas être sectaire, il était ouvert à la discussion même avec ceux dont il ne partageait pas les positions. Je pense que c'est vers ces tendances et choix politiques que nous devons aboutir », a-t-il souligné. A toute sa famille et ses proches, il a réitéré ses sincères condoléances.

« C'est un second Thomas Sankara qui est parti »

Dr Jean-Hubert Bazié, homme politique sankariste et voisin du défunt, a dit garder de Jean Baptiste Natama des souvenirs d'un homme modeste, humble, ayant le souci de se mettre toujours du côté du plus grand nombre. « Je retiens de lui aussi un passé de patriote qui, dès sa jeunesse, a compris le sens de sacrifice pour le peuple.

C'est pourquoi il a eu cette force de résister à l'écrasement politique et humain, parce que c'était une valeur morale, spirituelle. On a voulu l'écraser, mais il s'est relevé et s'est battu. Il a investi ce courage dans les études universitaires et il a occupé de hautes fonctions administratives et politiques au niveau africain », a-t-il témoigné.

En considérant son sens de combat et son engagement politique pour les plus démunis, a poursuivi Dr Bazié, l'homme que le Burkina Faso pleure est une « valeur pour la jeunesse ». « Toute dimension gardée, je dirai que c'est un second Thomas Sankara qui est parti.

Nous le pleurons et nous souhaitons que des cendres de ces personnalités marquées par la jeunesse sortent d'autres personnes avec le même idéal, la volonté de se sacrifier pour le peuple sans calcul et avec toujours la nécessité de ne rien céder par rapport aux valeurs morales, spirituelles...», a indiqué Dr Jean-Hubert Bazié.

Burkina Faso

Le groupe jihadiste EIGS revendique le rapt d'un enseignant

Au Burkina Faso, un enseignant a été enlevé jeudi dernier, le 12 avril, dans la commune de Bouro… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.