12 Avril 2018

Afrique de l'Ouest: Réunion de la commission mixte de la CEDEAO - Terrorisme et respect des droits humains au menu

Ouverture à Dakar de la réunion délocalisée de la Commission mixte de la Cedeao autour de la double problématique du respect des droits humains et de la lutte contre le terrorisme hier. La rencontre devait se tenir à Conakry. Mais, en raison des tensions sociopolitiques qui secouent présentement la Guinée, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a choisi la capitale sénégalaise pour abriter ses travaux.

Le choix de Dakar pour abriter la rencontre a été salué à juste titre par le président de l'Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, qui a présidé l'ouverture de la réunion en présence des membres de la société civile, des experts en migration et des parlementaires venus des 15 pays membres de la Cedeao hier. Au total quatre commissions permanentes du Parlement de la Cedeao prennent part à cette réunion délocalisée de la commission mixte : Droits de l'homme, protection de l'enfant et des couches vulnérables / Affaires politiques, paix, sécurité et Mécanisme d'évaluation par les paires / Genre, promotion de la femme et protection sociale / Affaires juridiques et judiciaires.

Les travaux qui se dérouleront jusqu'au 15 avril prochain s'articulent autour du thème « la situation des droits humains dans les zones en crise sécuritaire en Afrique de l'Ouest ». C'est une rencontre interactive avec des communications suivies de débats. Il s'agit pour les parlementaires de s'informer de la situation des droits humains dans les zones en crise sécuritaires afin de proposer des solutions durables aux Etats.

Experts et politiques s'accordent aujourd'hui à dire qu'il y a un lien entre sécurité, droits humains et développement. « La lutte contre le terrorisme pose l'épineux défi du respect des droits humains de l'homme avec des arrestations souvent arbitraires et des détentions illégales, des persécutions de civils, des cas de viol et de mutilation », fait savoir la co-présidente de la commission mixte Mme Fatoumata Niabaly.

Elle est « convaincue » que la réunion formulera « des propositions pertinentes » sur le respect des droits des personnes victimes des crises sécuritaires dans l'espace communautaire. Même sentiment noté chez le président du Parlement de la Cedeao. « Il s'agit aujourd'hui de reposer la question du respect des droits humains dans un contexte marqué par une crise sécuritaire sans précédent et de violation des libertés », a dit Moustapha Cissé Lô.

Devant ses collègues, il a rappelé l'attachement du Sénégal au respect des droits de l'homme. « En réunissant les différents acteurs et intervenants autour de la problématique de protection des populations victimes des crises sécuritaires, le Parlement de la Cedeao montre clairement la voie à suivre pour faire face au terrorisme sans bafouer les droits des citoyens », a soutenu le président Moustapha Cissé Lô.

Présidant la cérémonie d'ouverture, le président Moustapha Niasse s'est réjoui du choix du thème de la réunion qui pose une problématique majeure qui risque de plomber les efforts de développement des Etats. « L'être humain sans les droits humains n'est pas un être humain », a insisté le président de l'Assemblée nationale du Sénégal. Le Parlement de la Cedeao pose ainsi, selon le président Niasse, les jalons qui permettront de prévenir les conflits, de protéger les populations et de promouvoir les droits humains dans l'espace communautaire.

Sénégal

Le chef de l'Etat reçu par le Président Macron aujourd'hui

Le président de la République, Macky Sall, sera l'hôte de son homologue Emmanuel Macron,… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.