14 Avril 2018

Cote d'Ivoire: Industrie touristique en Thaïlande - Comment faire profiter à tous les secteurs et dans toutes les régions

De plus en plus, le pays se fait découvrir sur de nouvelles facettes pour faire disparaître les clichés négatifs dus aux activités touristiques qui échappaient au contrôle des autorités royales.

Valoriser les richesses locales, faire profiter le tourisme à toutes les régions du pays. Ainsi était la volonté du roi Rama IX, décédé en 2016. Son fils, successeur, s'inscrit dans cette dynamique pour maintenir le niveau de développement du tourisme.

La Thaïlande est devenue une destination touristique très appréciée et attend en 2018, plus de 37 millions de touristes. Le secteur du tourisme représente, selon les estimations, 10 à 20% du Produit intérieur brut (Pib) dans l'économie du pays. En effet, outre le tourisme de masse et balnéaire, la Thaïlande propose d'autres formes de tourisme à impact direct sur les communautés et globalement, sur l'économie. Et à l'initiative du roi Rama IX, les activités agropastorales, la préservation des animaux, de l'environnement, la cuisine thaïlandaise... sont devenues des éléments de vente de la destination thaïlandaise.

C'est ce que des observateurs appellent « le tourisme alternatif » ou « le tourisme responsable » qui permet, en plus de vivre des expériences plus authentiques, de faire plus attention à son environnement, à la culture locale, aux respects des hommes et des animaux pour que voyager ne soit pas synonyme de dégradations environnementales pour le pays de destination. C'est à juste titre que le gouvernement royal a fermé des sites aux touristes pour les orienter vers de nouvelles richesses à découvrir. Notamment les réserves naturelles, offrant de magnifiques paysages, des vestiges historiques, des innovations dans le shopping... sont autant de trésors méconnus de la Thaïlande.

King Power International group, le « duty free » hors de l'aéroport

Très généralement, les "Duty free" ou encore les "free shop", on en voit dans les grands aéroports. Il s'agit des magasins qui font la vente en hors taxe. En Thaïlande, cette pratique est en train de se généraliser dans le pays, à la grande joie des visiteurs et des nationaux qui voyagent. « Ici, ne peuvent faire des achats que ceux qui doivent voyager en passant par l'aéroport.

Les services de King Power (le nom de cette grande surface) se chargent de convoyer les colis à l'aéroport que les clients les récupèrent avant leur vol », explique Jirasak Weraarpachai de l'ambassade royale de la Thaïlande à Dakar, l'un des organisateurs de ce voyage de familiarisation avec ce pays fabuleux. Cosmétique, parfumerie, vêtements, chaussures, électroménagers, une panoplie de choix s'offre aux clients.

A côté, un pavillon spécial est conçu pour proposer les mets thaïlandais aux visiteurs. On rappelle que la Thaïlande est connue pour sa riche et variée gastronomie. A propos, ce secteur aussi s'impose aujourd'hui comme un produit touristique. Et un peu partout dans les grandes villes comme à Bangkok, outre les grands restaurants, les populations se ruent vers ce qu'on appelle les « food court, en anglais», ces aires de restauration situés au centre d'un regroupement de restaurants rapides. Ce lieu est en libre accès et permet aux commerçants de gagner du temps pour s'occuper de leurs affaires.

L'espace est généralement confié à une société de sous-traitance qui s'occupe de l'entretien du lieu. En fait, l'idée de Food Court est venue de la "Street food" qui concerne les mets typiquement thaïlandais qui sont vendus dans la rue, à la portée de toutes les bourses. « Les Thai aiment bien manger. Ils le font souvent dans la rue, entre amis ou en famille. Cette tendance en vogue est une source d'attraction des touristes et autres visiteurs qui commencent à l'intégrer dans leur plan de voyage », nous dit un guide.

A côté de ces restaurants populaires, s'érigent des restaurants de classe comme Éléphant Bleu logé dans une maison de type colonial de deux étages, dans un des quartiers d'affaires de Bangkok, Slom, au milieu des gratte-ciels. Il est devenu l'un des points de rencontres de la bourgeoisie thaïe mais aussi des hôtes de marque de passage dans la capitale de l'ancienne Siam.

Festivals culturels...

Si la Thaïlande est connue pour son tourisme balnéaire et sa gastronomie, elle est en train de l'être dans le domaine de la culture, de l'écotourisme. Et pour "vendre" les richesses culturelles, le gouvernement permet aux populations de faire un retour aux sources au travers des festivals. Le dernier en date est celui suscité par le défunt roi Rama IX, disparu il y a un peu plus d'un an.

De son vivant donc, il avait initié le festival Oun Ai Rak Khwun Nao qui se tient pendant l'été thaï (entre février et mars). D'où son autre appellation « Amour et Chaleur à la fin de l'été ». L'édition de cette année s'est tenue du 8 février au 11 mars, à la place royale du Palais Dusit, précisément entre le palais du roi Rama X, de celui de son père Rama IX, de l'ancien parlement devenu musée et de la zone militaire numéro 1 de Bangkok.

Pendant cette période, les Thaïs sont dans leurs beaux costumes traditionnels, en groupe ou en famille, visitant les différents stands, l'exposition florale qui retrace le parcours de Rama IX ainsi que ses initiatives et projets ayant pour but de sortir les ruraux de la pauvreté en leur donnant un métier et en commercialisant leurs produits. Cette fête qui est aussi soutenue par des animations culturelles, attire tant les nationaux que les visiteurs d'origine étrangère.

Cote d'Ivoire

Paludisme - 91% des décès ont été enregistrés en Afrique en 2016

En effet, pour cette institution, Ces dernières décennies, le monde a accompli certes des progrès… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.