15 Avril 2018

Mauritanie: Transhumance transfrontalière - Le Sénégal et la Mauritanie réaffirment leur attachement à l'accord

A la suite des gouverneurs et walis des deux pays, les ministres de l'Elevage du Sénégal et de la Mauritanie ont présidé, jeudi dernier, les réunions du comité paritaire en charge du suivi de la transhumance transfrontalière entre les deux pays. Une déclaration finale a sanctionné les travaux avec des accords trouvés entre la République islamique de Mauritanie et le Sénégal.

Lors de ce comité paritaire qui a enregistré la participation des gouverneurs de Saint-Louis, Louga, Matam et Tambacounda et les Walis des wilayas du Trarza, du Brakna, du Gorgol et du Guidimakha, les autorités se sont réjouies de la réussite des échanges. En effet, des discussions autour de plusieurs points, à savoir l'accord règlementant la transhumance transfrontalière entre les deux pays, le protocole de coopération dans le domaine de la santé animale, de la santé publique vétérinaire et des productions animales, la situation pastorale dans les deux pays et le commerce du bétail, ont permis d'aboutir à un consensus.

Le comité paritaire a noté, avec satisfaction, la mise en œuvre des recommandations de la Déclaration de Nouakchott de mai 2015, notamment l'exécution par la commission ad hoc du recensement du cheptel transhumant au Sénégal et en Mauritanie, les échanges d'informations zoo-sanitaires, la contribution de la Mauritanie à l'approvisionnement en moutons du marché sénégalais à l'occasion de la Tabaski ou Aid El Kebir 2017, etc.

Malgré tout, les préoccupations portant sur le non-respect de certaines dispositions du protocole d'accord règlementant la transhumance transfrontalière entre les deux pays, notamment les formalités administratives, les points de passage officiels, les effectifs, les zones et la durée de séjour autorisés, de même que la non-harmonisation des tarifs de l'eau et de l'aliment bétail appliqués aux transhumants et aux résidents, et la sécurité des biens et des personnes demeurent autant de questions à régler.

Cette réunion entre dans le cadre de la coopération multisectorielle entre les deux Etats. Aux questions liées à la transhumance frontalière et la pêche, s'adjoint depuis quelques temps, la décision des deux gouvernements « d'exploiter ensemble les ressources naturelles que partagent nos deux peuples liés par la géographie et l'histoire, la religion, la culture et le sang », a souligné Mme Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l'Elevage et des Productions animales. Ainsi, poursuit-elle, dans le domaine de l'élevage, il est constaté l'amélioration nette de « nos relations sur la protection sanitaire du cheptel, le commerce du bétail et la transhumance transfrontalière ». Pour sa part, Mme Vatma Vall Mint Soueina, ministre de l'Elevage de la République islamique de Mauritanie, est également revenue sur l'exemplarité des relations entre nos pays. Les deux ministres ont réitéré leur attachement à l'accord portant sur la transhumance transfrontalière liant les deux pays et l'importance de la tenue régulière des réunions du comité paritaire. Aussi, ont-elles réaffirmé l'engagement des autorités à mettre en œuvre les dispositions dudit accord.

Mauritanie

Camps des réfugiés maliens à Bassikounou - Arrivée d'aides humanitaires du pays à Nouakchott

NOUAKCHOTT - Des aides humanitaires en provenance de l'Algérie sont arrivées mardi à Nouakchott… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.