15 Avril 2018

Sénégal: Macky Sall à Lomé - La crise politique en Guinée Bissau au menu du sommet de la CEDEAO

La crise politique en Guinée Bissau sera au menu du sommet extraordinaire de la Cedeao qui se tient aujourd'hui à Lomé. Le chef de l'Etat, Macky Sall, prend part aux travaux.

Le président de la République, Macky Sall, est à Lomé où il prend part, aujourd'hui, à la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cedeao). Selon un communiqué publié, ce sommet de Lomé sera consacré à la situation en Guinée Bissau.

Pays frontalier du Sénégal, la Guinée Bissau vit une crise politique du fait d'un duel entre le Paigc et le président José Mario Vaz, soutenu par des partis de l'opposition. Cette crise a débuté en août 2015 avec le limogeage du Premier ministre, Domingos Simeon Pereira, président du Paigc. Un manque de confiance entre le président Vaz élu en juin 2014 et son Premier ministre a été invoqué.

Le président Vaz est renforcé, dans sa démarche, par l'arrivée, dans son camp, de 15 députés du Paigc. Nommé Premier ministre, Bassirou Dja, une autre figure de la scène politique, a été à son tour destituée en 2015.

La Cedeao avait mandaté le chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé, pour une médiation. Celle-ci avait abouti à la naissance d'une entente dite « accord de Conakry ». C'était en octobre 2016.

Cet accord demandait la nomination d'un Premier ministre consensuel. Mais ces efforts de l'instance sous régionale n'ont pas permis de mettre fin à la crise puisque le Premier ministre Umaro Sissoco Embalo qui a été nommé a rendu le tablier en 2017. Augusto Antonio Artur Da Silva, le Premier ministre nommé en janvier pour remplacer Umaro Sissoco Embalo et pour organiser les législatives n'a pas encore formé son gouvernement malgré l'expiration du délai de la Cedeao fixé au 31 janvier.

Face à cette situation, la Cedeao a pris des sanctions en février dernier qui visent 19 personnes dont le porte-parole du gouvernement, des députés frondeurs membres du Parlement de la Cedeao, le fils du président Vaz. Mais les parties prenantes de la crise n'ont pas désarmé. Une marche de protestation qui a mobilisé des milliers de personnes a été organisée récemment contre les sanctions de la Cedeao.

Sénégal

Il faut respecter le droit de manifester pacifiquement

Les autorités sénégalaises doivent protéger le droit de manifester pacifiquement et veiller… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.