16 Avril 2018

Sénégal: 138e Appel de Seydina Limamou Lahi - Cambérene, Ngor, Yoff-Diamalaye, les attractions

Pendant deux jours, les lundi 16 et mardi 17 avril, Dakar va vibrer au rythme de la commémoration de l'Appel de Seydina Limamou Lahi al Mahdi. Cambérene, Yoff, Diamalaye et la grotte de Ngor seront les grandes attractions de l'Appel du Mahdi qui draine de plus en plus des milliers de fidèles.

Ce 138e anniversaire de l'Appel est célébré sous le thème: «Islam religion d'équilibre et de juste milieux, selon les enseignements de Seydina Limamou Lahi al Mahdi».

Après le colloque scientifique qui a réuni plusieurs érudits et experts au tour de sujets d'actualité brulante, notamment l'éducation avec la crise scolaire, place à l'événement religieux proprement dit.

Le 138e anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou Lahi al Mahdi, c'est de ce lundi 16 au mardi 17 avril 2018 à Cambérème, Ngor et Yoff.

Durant deux jours, des milliers de pèlerins vont s'abreuver aux sources des enseignements de Seydina Limamou Lahi, celui qui lançait, il y a 138 ans, «Ajibo dahi Allahi» (Répondez à l'appel de Dieu).

Le thème de cette année est «Islam religion d'équilibre et de juste milieux, selon les enseignements de Seydina Limamou Lahi al Mahdi».

Respectivement le village de Cambérène, la grotte de Ngor et Yoff-Diamalaye seront l'attraction de milliers de fidèles, tous de blancs vêtus, symbole de la pureté, lors de l'Appel du Mahdi qui ne cesse de grandir d'année en année. En cette circonstance, l'affluence, c'est souvent au mausolée du premier Khalife du Mahdi, Seydina Issa Lahi qui refuse chaque année du monde.

En effet, dès les premières heures de la matinée, les fidèles layènes, venus des quatre coins du Sénégal et de la diaspora, convergent vers ce site où repose le premier khalife de Seydina Issa Lahi à Cambéréne.

Après cette première étape, les layènes se dirigeront vers Ngor (la grotte) et Yoff-Diamalaye. Tous ces déplacements se font dans la ferveur religieuse et au rythme des prêches, prières et chants religieux, bref, dans une ambiance bon enfant.

SECURITE: ALY NGOUILLE NDIAYE, RASSURE LES PELERINS

Si l'Appel est cet évènement singulier qui marque «le début de la mission prophétique du Mahdi Seydina Limamou Lahi», selon les layènes, le 138e anniversaire est commémoré dans contexte marqué par le sentiment d'insécurité et la psychose des enlèvements et tueries d'enfants au Sénégal.

Toutefois, le ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, rassure les pèlerins ainsi que les habitants de ces lieux de pèlerinage et d'attraction des layènes.

Pour cette 138e édition, Aly Ngouille Ndiaye déclare que la sécurité sera de mise avec la coordination entre la Police et la Gendarmerie avant, pendant et après l'Appel.

Mieux, en ce qui concerne les rapts d'enfants, le ministre de l'Intérieur qui réfute toute idée de recrudescence, soulignant que, «entre temps, seuls trois cas ont été notés», exhorte les parents et même les pèlerins à veiller sur les enfants. «Même en dehors l'Appel, les parents ont le devoir de surveiller leurs enfants», insiste-t-il.

Cet événement religieux prendra fin, demain mardi, avec la cérémonie officielle, en présence de la délégation gouvernementale conduite par le ministre de l'Intérieur et les autorités religieuses, sous la houlette du Khalife général des layènes El Hadji Abdoulaye Thiaw Lahi, 5e Khalife du Mahdi, entouré de son porte-parole Mamadou Lamine Lahi et du coordonnateur de l'Appel, Seydina Issa Lahi, entre autres.

SEYDINA LIMAMOULAHI AL MAHDI : Connaissance de celui qui lançait un Appel pour demander à la mer de reculer

La commémoration du 138e anniversaire de l'Appel de Seydina Limamou Lahi al Mahdi débute ce lundi 16 avril et ce pour deux jours.

Ce grand rendez-vous religieux de la communauté layène est un prétexte pour nous de revenir sur qui est cet érudit de l'Islam qui lançait, il y a 138 ans «Ajibo dahi Allahi», en reprenant les grandes lignes de l'article à lui consacré dans Sud Quotidien du mardi 11 juin 2013, lendemain de la cérémonie officielle du 133e Appel.

Fondateur de la confrérie «Layène», Seydina Limamou Lahi (1843-1909) est une grande figure de l'Islam au Sénégal.

Né en 1843 à Yoff, dans la région de Dakar, Seydina Limamou Lahi est fils de Mame Alassane Thiaw et de Mame Coumba Ndoye. Il commence sa prédication le 24 mai 1883, à l'âge de 40 ans, se présentant comme l'imam des «Bien Guidés» ou «imamoul Mahdi».

En 1883, déjà orphelin de père, Limamou Lahi perd sa mère et «s'enferme trois jours sans boire ni manger». Au terme de ces trois jours, il prétend être l'envoyé de Dieu, lançant son Appel «Ajibo dahi Allahi... » qui veut dire «Venez à l'appel de Dieu vous hommes et djinns.

Je suis l'envoyé de Dieu. L'arabe blanc s'est noirci», «voulant désigner par ces mots qu'il est le prophète Mohammad (PSL). Venu à la fin des temps pour faire état de la religion qui a été ouvert par lui en Orient et réajuster les comportements en prônant la purification de toute œuvre en la consacrant à Dieu unique.

Cette phrase a été à l'origine de nombreuses indignations de la part des musulmans des autres confréries», expliquent des autorités religieuses de la communauté layène.

Avant sa disparition en 1909, alors âgé de 66 ans, il laissa un livre divisé en 5 parties et connu sous le nom de «Sermon» qu'il demanda à ses serviteurs de transmettre. Illettré, il ne l'avait pas écrit lui-même, mais l'avait dicté en wolof à ses disciples, dont Matar Lo, qui se sont chargés de le traduire et de l'écrire en arabe.

Dans un de ses Sermons il exhortait ses disciples à se détacher de ce bas monde: «ne cherchez pas à vous surpasser les uns les autres dans l'acquisition des richesses de ce bas monde; cherchez plutôt la concurrence dans l'obtention des richesses de l'autre monde.

C'est ça qui procure la fortune éternelle et des honneurs élevés. Ne soyez pas avides des biens de ce monde car ce monde-ci est comme un cadavre impropre à la consommation.

Seuls les chiens et les vautours mangent un tel cadavre, détachez-vous donc de ce bas monde, ne le suivez pas car c'est une demeure qui va vieillir et disparaitre; or sa disparition est proche».

Après sa disparition, son fils Seydina Issa Rohou Lahi lui succéda et continua ce que son père avait commencé. Mais l'image de Seydina Issa aussi est double, pour les layènes, puisque sa vie possède des points communs avec celle de Jésus telle que racontée par ses disciples.

Celui-ci sera remplacé par Seydina Madione Lahi, le 2e Khalife à qui succédera Seydina Issa Lahi. Et, c'est suite au rappel à Dieu de Seydina Alassane Lahi, le 4e Khalife du Mahdi, que Seydina Abdoulaye Thiaw Lahi héritera du khalifat (5e Khalife) de la communauté layène.

Toutefois, il demeure constant que c'est sous le magistère du 3e (IIIe) Khalife, Seydina Issa Lahi, que l'Appel épousera les orientations et la dimension spirituelle fondamentale actuelle, notamment à partir de la célébration, en 1981, du centenaire (de l'Appel).

Donc, plus d'un siècle après l'invocation «Adjibo dahiya lahi» (Répondez à l'appel de Dieu) d'un des érudits de l'Islam au Sénégal, Seydina Limamou Lahi pour demander à la mer de reculer, sa descendance maintient toujours le flambeau de cet Appel.

Sénégal

Création d'une Alliance régionale pour le suivi de l'adhésion du Maroc à la CEDEAO

Déclaration conjointe de l’Institut Amadeus et ses partenaires régionaux à l’issue… Plus »

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.