16 Avril 2018

Cameroun: BIP 2018 dans le Département du Ndé - Plus de 2 milliards à engloutir dans des projets.

Le Minépat-Ndé était encore sur le feu des projecteurs. Dr Tchatchoua Nya Magloire, le délégué s'est une fois de plus illustré et ce au cours de la première session du comité de suivi du Bip tenu à Bangangté ce 12 avril 2018.

Des sectoriels de l'Etat, notamment du Minmap, du Minée, des Travaux publics, des petites et moyennes entreprises, des Enseignements secondaires, des autorités traditionnelles se sont joints aux différents acteurs du suivi participatif des projets à différents ordres, à l'effet de prendre des mesures correctrices visant le 100% d'éxécution pyhsico-financière des marchés passés en fin d'exercice en cours. Il était question de tordre le cou aux mauvaises pratiques qui étaient à l'origine de la forclusion des projets, ceci au travers des suggestions et recommandations formulées au cours des travaux.

Concrètement

Tout commence par le mot de l'honorable Ngassam Thérèse, présidente en exercice du comité de suivi du Bip, par ailleurs député à la Chambre basse du Parlement. Dans son mot d'ouverture du comité, l"élue du peuple a souhaité à tous et à chacun, un bon déroulé des travaux, non sans féliciter des hautes personnalités du Ndé occupant des hautes fonctions au sommet de l'Etat, pour leurs attentions particulières qui ont permis au Département où ils elles sont originaires, de bénéficier des projets d'envergures et surtout d'avoir permis au Département d'engranger une nette augmentation en termes d'assiette budgétaire. Donc une dotation de 70 projets et une enveloppe globale de 2 019 820 000 Fcfa, soit une augmentation de 68% par rapport à 2017. Repartis à travers trois niveaux de gestion, entre autres 419 709 000 pour la gestion centrale, 300 000 000 au niveau régional et 1 300 111 000 pour la gestion départementale.

C'est sur PowerPoint et sur vidéo projection que Dr Tchatchoua Nya, le maitre de céans a présenté son exposé. L'érudit de la gestion n'a pas joué au cachotier. Il a expliqué le pourquoi des goulots d'étranglement surviennent dans l'exécution des projets. Après l'avoir fait, il a proposé des pistes qui permettront de ne plus tomber dans de mêmes travers. Il en appelle donc au sens très élevé de civisme et de citoyenneté des parties prenantes. Le défi même étant d'améliorer en qualité et en quantité le patrimoine de l'Etat et en faire bénéficier des générations contemporaines et futures.

Guideline

L'augmentation de l'enveloppe budgétaire pourrait être un serpent de mer si l'inertie ne trouve pas des mesures correctives. Des débats contradictoires, la conscience collective s'est accordée sur ce qu'il faut faire dans l'avenir. Des recommandations ont été formulées dans le sens d'inverser la courbe de l'incompétence et de l'inefficacité dans la veine des chaines de valeurs. Les plus saillantes étant de confectionner les DAO et passer les marchés et ce avec la plus grande célérité, exécuter les projets de routes avant la saison des pluies, lesquels des projets constituent plus de 53% de l'ensemble des dotations, il est également impérieux de réaliser les projets de moins de 5 millions avant la fin d'année 2018, sur le plan de l'organisation sectorielle et administratives, les comités techniques communaux de suivi doivent être tenus dans les respects stricts de temps, l'objectif étant de faire remonter les informations et éviter les entraves.

La réunion s'est achevée sous de très bonnes notes, aussi bien du délégué départemental, de la présidente du comité que des participants aux travaux. Tout en espérant que des mesures prises ne sont pas allées dans les oreilles de sourds.

Cameroun

Six militants anglophones condamnés à de lourdes peines de prison

Des militants des régions anglophones ont été condamnés à de la prison au Cameroun ce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.