16 Avril 2018

Burkina Faso: Lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme - 91,34 millions de F CFA mobilisés en 2017

L'Instance de coordination nationale des subventions du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme au Burkina Faso (CCM-BF) a tenu, le jeudi 5 avril 2018, à Ouagadougou, sa 2e réunion statutaire.

En 2017, l'Instance de coordination nationale des subventions du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme au Burkina Faso (Country Coordinating Mechanism-CCM en anglais) a pu mobiliser 91,34 millions de F CFA pour financer les activités des structures publiques et des acteurs communautaires au profit des populations.

C'est ce qui est ressorti au cours de la 2e réunion statutaire de l'instance, tenue le jeudi 5 avril 2018, à Ouagadougou. Revenant sur le déroulement du programme d'activités, le vice- président de du CCM, Geoffroy Sawadogo a relevé un taux d'exécution compris entre 92 et 94%.

Quant au Secrétaire exécutif (SE) de l'institution, Noël Régis Zouré, il a expliqué que quatre des cinq assemblées générales et dix des douze réunions de bureaux programmées ont été tenues.

S'agissant des séminaires et conférences internationaux, la structure a pu prendre part à une activité sur deux du genre. Certaines activités non prévues se sont pourtant imposées à l'instance, aux dires du SE. Ce qui a été à l'origine d'un gap financier estimé par M. Zouré à plus de 66 millions de F CFA.

En matière de processus de dialogue, le secrétaire a indiqué qu'entre autres, le CCM-BF a participé au conseil d'administration du secteur ministériel du ministère de la Santé et a organisé six ateliers régionaux d'échanges avec les organisations de la société civile.

«L'organisme national a aussi rencontré les bénéficiaires du financement du Fonds mondial pour leur donner des informations sur les demandes d'appui financier.

Corrélativement, l'instance de coordination nationale a organisé une table-ronde de mobilisation de l'assistance technique», a précisé, le secrétaire exécutif. Des difficultés ont émaillé le déroulement du programme d'activités de l'instance.

De l'avis du SE, ce sont, notamment, la participation insuffisante des membres de l'instance aux réunions, l'insuffisance dans l'application des textes statutaires et dans la production de supports de communication.

Au regard du bilan, le vice-président Geoffroy Sawadogo, a déclaré que les défis en 2018 sont de travailler à combler le gap financer et faciliter le fonctionnement de l'instance et d'impliquer davantage les différentes parties prenantes.

Et Noël Régis Zouré d'ajouter qu'il s'agira surtout d'œuvrer au maintien de l'éligibilité de l'instance du Burkina Faso au financement du Fonds mondial, au maintien, voire à l'augmentation du taux d'absorption des subventions et au renouvellement des membres dans les délais prévus par les textes.

En plus de l'examen du rapport d'activités, les participants à la deuxième réunion statutaire du CCM-BF ont préparé l'auto-évaluation de l'instance et l'évaluation du SE.

Ils ont pris des décisions concernant, d'une part, la participation des membres au fonctionnement de la structure et le renouvellement de la composition de celle-ci, et, d'autre part, la marche du comité technique de suivi stratégique. Pour la période 2018-2020, le vice-président, Geoffroy Sawadogo a annoncé que plus de 80 milliards de F CFA seront investis.

Burkina Faso

Le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l'assassinat du maire de Koutougou

« Nous revendiquons l'enlèvement le 12 avril d'un maître d'école qui parlait français… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.