17 Avril 2018

Afrique du Nord: Produire le savoir au Maghreb

Les participants à cette table ronde sont Dahou Derbali, directeur du magazine «Nakd» (Algérie), Kmar Ben Dana universitaire (Tunisie), Wassila Saidia, directrice de l'Institut des études maghrébines (Algérie), Abdeltif Hannachi historien (Tunisie), Sgaïer Janjar, directeur du magazine «Prologue» (Maroc).

«Il ne faut pas se limiter aux vieux démons idéologiques et penser que la dualité des langues du Maghreb, à savoir arabe-français, constitue un obstacle à la production du savoir, dit Kmar Ben Dana. Aujourd'hui, il faut dépasser les bilans et se poser la question : que faire pour que l'intellectualité maghrébine soit plus présente?».

Pour sa part, Dahou Derbal a déclaré : «Actuellement en Afrique du Nord, il faut unifier les concepts pour qu'on puisse répondre à ces questions.

Cette action nous pousse à mieux définir le concept du Maghreb. Clarifier ce concept est très important, car les Etats modernes ont remplacé l'ancien concept du Maghreb tissé par une histoire commune.

Petit à petit, des «histoires» différentes ont remplacé les histoires communes comme si ces pays voulaient s'enfermer sur eux-mêmes . Pour parler de la production commune du savoir, nous devons résoudre les problèmes de la liberté des déplacements pour les chercheurs.

Actuellement, ce n'est pas un point qui constitue un souci pour les politiciens. Il y a aussi le phénomène de l'éloignement de l'initiative libre des sociétés pour distribuer le savoir. C'est un problème d'Etat et pas de sociétés».

«Le Maghreb existe et c'est un fait ! Dit Wassila Saidia. C'est aux Maghrébins de décider de ce qui est le Maghreb. Pour ce qui est de l'IMC, il existe en Tunisie depuis 26 ans. On ne veut pas se couper de la rive nord de la Méditerranée, mais ce qui est important pour nous est de structurer une communauté intellectuelle de recherche maghrébine.

Dans les écoles doctorales, nous avons systématiquement des Marocains, des Algériens, des Tunisiens et on l'espère aussi des Libyens.

Mais je ne peux pas imaginer un événement scientifique sans que se soient représentés des Marocains, des Tunisiens, et des Algériens. Toute notre programmation est pensée dans la transversalité» .

Une table ronde qui a posé les vraies questions autour de cette thématique mais le Maghreb a aussi besoin peut-être d'une transversalité horizontale intrinsèque.

Afrique du Nord

Un institut religieux condamne l'appel contre «le nouvel antisémitisme»

En Egypte, une autorité religieuse officielle, Dar al Iftaa, a condamné l'appel signé par 300… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.