17 Avril 2018

Guinée: Deuxième session du comité de suivi - Le CNOSCG fait son compte rendu

Après deux séances du comité de suivi pour la gestion du contentieux post-électoral, le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG) a rencontré des membres de la société civile mardi 17 avril 2018 à son siège pour faire son compte rendu.

La rencontre a marqué la présence massive des acteurs de la société civile guinéenne. Avant l'arrivée du président du CNOSCG, Dansa Kourouma qui a accusé un grand retard à cette rencontre si importante, les présents ont décidé de commencer les débats.

Lors des échanges, les intervenants ont donné leurs points de vu au fonctionnement de ce comité de suivi et faire des propositions.

Après plus de 30mn de retard, l'homme le plus attendu a fait sa parution dans la salle. Dansa Kourouma lors de sa présentation du rapport a indiqué que cette nouvelle session du comité de suivi est particulière parce que ça traite un sujet délicat.

C'est-à-dire la saisie du président de la république du comité de suivi pour la gestion du contentieux post-électoral, les élections locales.

Pour lui en matière, c'est une première. Deuxièmement, il y a une autre question sensible qui est là, il s'agit de celle de l'audit du fichier électoral qui fait partir des demandes qui ont été formulés par l'opposition et acte dans l'accord politique du 12 octobre.

Il y a aussi d'autres points dont naturellement l'indemnisation des victimes et la gestion judiciaire des cas des manifestations mais également, tout ce qui est lié au maintien de l'ordre public. Donc, c'est des matières qui sont très complexes qui ont été soumises à l'appréciation du comité du suivi.

« En tant que représentant de la société civile, nous avons une première obligation d'abord de rendre compte les autres acteurs de la société civile pour qu'ils soient informés de ce qui se passe là-bas.

Deuxièmement de recueillir leurs préoccupations et troisièmement prendre aussi leurs propositions qu'ils soient en mesure de nous aider à défendre la position de la société civile ».

Il a poursuivi son intervention en soulignant que dans les débats, il y a aucun point qui concerne directement la société civile. Toutes les revendications concernent les partis politiques et seulement une liste de candidature indépendante.

« Il y a eu deux séances du comité de suivi. La première a porté sur l'élaboration de la démarche méthodologique, la deuxième a porté essentiellement sur l'écoute de la CENI sur les conditions techniques de l'audit du fichier et également tout ce qui est lié à la mise en place d'une petite commission qui doit examiner les propositions formulées par l'opposition et trouver une piste de compromis pour rapprocher les éléments ».

Plus loin, il a dit qu'au jour d'aujourd'hui, les débats vont bon train et il faut reconnaitre qu'il y a eu une très bonne disposition de toutes les entités pour pouvoir trouver une solution rapide.

Il a l'impression que même les acteurs politiques sont maintenant fatigués par toute cette confrontation politicienne. D'abord, qui fatigue les partis eux même mais qui empêche l'évolution du pays.

Guinée

La Côte d'Ivoire et la Guinée rendent l'âme

L'élimination des Eléphanteaux va encore faire jaser dans toute la Côte d'Ivoire du football. La… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.