18 Avril 2018

Congo-Brazzaville: Dialogue social - Le Congo va conclure un programme avec le FMI

Le gouvernement a assuré le 17 avril, les membres du Comité national de dialogue social qu'il a pris des mesures nécessaires devant conduire à la conclusion prochaine d'un programme avec le Fonds monétaire international (FMI)

La session du Comité national du dialogue social, présidée par son président, le Premier ministre, Clément Mouamba, s'est tenue au Palais des congrès de Brazzaville. En effet, les participants ont planché sur plusieurs points concernant, entre autres, la situation économique et sociales des travailleurs, retraités et entreprises. Ainsi, parmi les sujets évoqués, il y a la communication du gouvernement sur la situation économique et financière du pays, notamment sur l'évolution du dossier relatif à la négociation avec le FMI.

« Il ressort que le gouvernement a pris toutes les mesures nécessaires devant conduire à la conclusion prochaine d'un programme avec le FMI. Cette communication a suscité des questions, notamment en ce qui concerne le volet social du programme et de la dette intérieure, auxquelles la partie gouvernementale a donné les réponses nécessaires », souligne le communiqué final.

Abordant les nouvelles préoccupations liées au climat social, les membres du comité ont été informés de ce que des circulaires conjointes des ministres chargés de la Fonction publique et des finances sur les révisions de situations administratives des agents de l'Etat, qui ne devraient plus s'appliquer, sont purement et simplement à abroger.

Ils ont été également édifiés sur la situation particulière de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse de retraite des fonctionnaires (CRF), du point de vue de l'équilibre financier, du reversement des cotisations sociales et du paiement régulier des pensions. C'est ainsi que les participants ont recommandé au gouvernement de se pencher sur cette situation qui impacte négativement la vie des retraités, notamment ceux de la CRF.

S'agissant de la nécessité du recrutement dans la fonction publique dans les secteurs sociaux, le gouvernement a rassuré les partenaires sociaux qu'il a pris des dispositions utiles en vue de régler progressivement cette question qui concerne aussi le secteur de l'agriculture.

Mettre fin à la multiplication des taxes, impôts, amendes illégaux

La première session du comité national du dialogue social de 2018 s'est également planchée sur la question de la multiplication des taxes, impôts, amendes et toute parafiscalité indûment exigés aux citoyens. « Le gouvernement a pris l'engagement d'arrêter ce phénomène nuisible à l'économie. Une note circulaire du Premier ministre a déjà été prise qui appelle une application stricte des dispositions en vigueur »,selon le communiqué final.

Quant à la situation des droits sociaux des entreprises d'Etat liquidées ou en cours de liquidation, il est à noter qu'en dépit de nombreux cas de droits sociaux soldés, le gouvernement doit poursuivre les efforts en vue de liquider ceux des entreprises dont les situations sont encore pendantes.

La situation des personnels d'ECAIR, de la Société de transport public urbain, d'Air Congo et de la Société des pavés du Congo, a été également évoquée au cours de cette rencontre qui a duré près de dix heures. Ainsi, les membres du comité ont été édifiés sur la situation économique difficile que connaissent ces entreprises et son l'impact sur le personnel. D'où la nécessité pour le gouvernement de rechercher des solutions idoines.

Les participants ont été, ensuite, préoccupés par la question relative aux mesures d'accompagnement envisagées par le gouvernement suite aux réformes préconisées à la Société nationale d'électricité, à la Société nationale de distribution d'eau et à Congo-Télécom. Mais le gouvernement leur a donné des réponses appropriées au sujet de ces structures en voie de disparition.

Clôturant les travaux, le Premier ministre s'est félicité des résultats auxquels les participants sont parvenus. Selon Clément Mouamba, pour corriger les quelques manquements du mandat passé, le secrétaire permanent sera chargé de servir d'aiguillon pour que toutes les décisions prises puissent être suivi très tôt au niveau du gouvernement, en rapport avec les partenaires sociaux. « Les résultats auxquels nous nous sommes parvenus sont dignes de foi, surtout que nous avons travaillé à partir de la bonne connaissance que nous avons de la situation économique, financière et sociale de notre pays. Cette situation a guidé et éclairé nos décisions. Le gouvernement a pris l'option, naturellement, d'y faire face toujours en consultation avec vous. Toutes les questions en suspens, l'engagement a été pris pour qu'on trouve des justes solutions avant que nous ne retrouvions, lors de la réunion plénière soit en cette fin d'année, soit au début de l'année prochaine », a conclu le président du comité national du dialogue social.

Congo-Brazzaville

Début du procès de Jean-Martin Mbemba en son absence

Le procès de Jean-Martin Mbemba a commencé ce mercredi 23 mai à Brazzaville. L'ancien ministre et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.