19 Avril 2018

Afrique: Croissance mondiale - Le FMI table sur 3,9% en 2018

Selon les Perspectives de l'économie mondiale du FMI, la croissance mondiale semble en voie d'atteindre 3,9 % cette année et l'année prochaine, soit bien plus que notre prévision d'octobre dernier.

Selon la même source, cette accélération s'explique par une croissance plus rapide dans la zone euro, au Japon, en Chine et aux États-Unis, tous ces pays ayant connu une croissance supérieure aux attentes l'an dernier, ainsi que par une reprise dans les pays exportateurs de produits de base.

Avec la Chine, plusieurs autres pays émergents et pays en développement, parmi lesquels le Brésil, le Mexique et les pays émergents d'Europe, afficheront aussi cette année de meilleurs chiffres que nous ne l'avions prévu.

Cependant, les gains agrégés de ce groupe de pays sont atténués par de fortes révisions à la baisse pour un petit nombre de pays victimes de conflits civils, notamment la Libye, le Venezuela et le Yémen. La progression du commerce et de l'investissement demeure un moteur puissant de l'expansion mondiale.

De même, l'année 2017 s'est terminée sur une note positivepour l'activité économique : portée par une reprise de l'investissement, la croissance au second semestre de l'année a été supérieure à 4 %, soit le rythme le plus rapide depuis le deuxième semestre de 2010.

Les résultats ont dépassé les prévisions des Perspectives de l'économie mondiale d'octobre 2017 pour la zone euro, le Japon, les États-Unis et la Chine, et ont continué de s'améliorer progressivement dans les pays exportateurs de produits de base.

Les conditions financières restent favorables, en dépit de la volatilité récente sur les marchés boursiers et des hausses des rendements obligataires après des signes d'un affermissement de l'inflation dans les pays avancés.

Étant donné la dynamique générale et les anticipations d'une expansion budgétaire considérable aux États-Unis cette année et l'année prochaine, il est maintenant prévu que la croissance mondiale s'établira à 3,9 % pour 2018-19, soit une révision à la hausse de 0,2 point pour les deux années par rapport aux prévisions d'octobre dernier.

Toutefois, cette dynamique positive finira par ralentir, et bon nombre de pays se trouveront confrontés à des perspectives difficiles à moyen terme.

Certaines forces cycliques s'amenuiseront: les conditions financières devraient se durcir naturellement avec la réduction des écarts de production et la normalisation des politiques monétaires; la réforme fiscale américaine ralentira l'élan à compter de 2020, puis plus vigoureusement lorsque la déductibilité des investissements sera éliminée à partir de 2023, et la transition de l'économie chinoise vers une croissance plus faible devrait reprendre tandis que la croissance du crédit et la relance budgétaire s'affaiblissent.

Sénégal

53éme Assemblées annuelles de la BAD - La ville de Busan prête à donner le coup d'envoi

C'est demain lundi 21 mai, que s'ouvrent à Busan, la deuxième ville de Corée du Sud, la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Journal de l'Economie Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.